Atteinte aux libertés publiques/ Le COJEP dénonce l’enlèvement de son SG à la mobilisation

Vendredi 15 Novembre 2013 - 17:00


Atteinte aux libertés publiques/ Le COJEP dénonce l’enlèvement de son SG à la mobilisation
Le Jeudi 07 Novembre 2013 aux environs de 22 heures, à Yopougon Toits-Rouge, le camarade GNAPI ALAIN, Secrétaire National à la Mobilisation du COJEP et président de la Coordination de Yopougon a été enlevé par des individus non identifiés et conduit à une destination inconnue. Les démarches effectuées révèlent qu’après trois jours de garde à vue à la Direction de la Surveillance du Territoire (DST), il est écroué à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) pour atteinte à la sureté de l’Etat, collaboration avec des bandes armées et activisme, par le juge KRA N’DRI du 10ème cabinet du tribunal spécial post-crise électorale.
Le COJEP fait le triste constat qu’après l’extradition suivie de la détention extrajudiciaire de son leader CHARLES BLE GOUDE, le pouvoir OUATTARA vient encore de démontrer sa volonté manifeste de museler l’opposition à travers l’arrestation du camarade GNAPI ALAIN.
Le COJEP condamne fermement ces pratiques rétrogrades qui n’honorent pas la Côte d’Ivoire car aux antipodes de la démocratie.
Le COJEP rappelle au régime OUATTARA que la finalité d’une action politique est de pourvoir aux besoins élémentaires des populations et non de chercher à réaliser un record de détenus politiques, dont certains sont en train de mourir suite aux  tortures et autres traitements inhumains subis.
Le COJEP interpelle tous les ivoiriens, les organisations de défense des droits de l’homme et la communauté internationale sur les graves atteintes aux libertés individuelles et collectives qui ont cours dans notre pays.
Le COJEP invite instamment le pouvoir à prendre conscience de sa responsabilité historique à créer les conditions idoines pour ramer la paix et la cohésion sociale, gage de développement durable. Car la traque effrénée contre les pro-GBAGBO est un frein inéluctable à la réconciliation nationale.
Le COJEP exige du pouvoir la libération sans condition de tous les prisonniers politiques et l’arrêt des arrestations et emprisonnements arbitraires.
Le COJEP demande au gouvernement d’observer le respect de la liberté d’expression et d’opinion consacrée dans notre loi fondamentale.
Le COJEP appelle tous ses militantes et militants et les démocrates de tout bord au calme et à la sérénité devant cette énième épreuve. L’Eternel voit vos souffrances et entend vos cris de douleur. Il agira certainement.

LE PRESIDENT PAR INTERIM BLY ROSELIN

Source: Aujourd’hui / N°505 du Jeudi 14 au Dimanche 17 Novembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !