Assemblée générale ordinaire de la JFpi Justin Koua : « 2014, l’année de l’assaut final »

Le secrétaire national par intérim de la JFpi, Justin Koua, a appelé les jeunes à se tenir prêts pour exiger la libération des prisonniers politiques. C’était samedi dernier à l’occasion de la première assemblée générale ordinaire de la JFpi qui s’est tenue à l’ex- QG de campagne du Président Gbagbo à la Riviera-Attoban (Abidjan).

Lundi 20 Janvier 2014 - 19:03


Image d'archive: Le secrétaire national par intérim  de la JFpi, Justin Koua
Image d'archive: Le secrétaire national par intérim de la JFpi, Justin Koua
« Devant le malheur qui plane sur la patrie et la menace qui pèse sur la République, la jeunesse du Fpi a décidé de lancer l’assaut final en cette année 2014 ». Cette déclaration de Justin Koua a été accueillie par un tonnerre d’applaudissements  suivi de cris de joie des nombreux militants de la JFpi rassemblés  dans la grande salle de conférence du QG. Le secrétaire national intérimaire de la JFpi a présenté 2014 comme une année décisive. Au cours de laquelle la Côte d’Ivoire devra tourner la page en vidant le contentieux de la crise postélectorale. Notamment en libérant les prisonniers politiques et en créant les conditions idoines pour le retour des Ivoiriens exilés  dans les pays limitrophes. M. Koua a demandé à ses camarades jeunes de s’apprêter à reprendre les manifestations de rue. « Apprêtez- vous à reprendre les grandes mobilisations à la place de République », a-t- il lancé. Le leader de la JFpi s’est offusqué de ce que des responsables politiques ou associatifs soient détenus illégalement et injustement pendant trois ans. « Je ne peux pas continuer de savoir Simone Gbagbo détenue ;  je ne  supporte plus de voir  Charles Blé Goudé en prison ; je n’accepte plus que Jean Yves Dibopieu  soit en prison », a martelé. Il a ensuite dressé un tableau sombre de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire qui, selon lui, devrait conduire les Ivoiriens à se dresser contre la montée du fascisme. «Trois ans que des parents, camarades et amis vivent encore terrés dans les forêts sous la menace des armes ; trois ans que les comptes bancaires de certains sympathisants de Gbagbo sont gelés, trois ans  que le peuple wê continue d’être exproprié de ses terres », dénonce-t-il.  Mme Adèle Dédy, secrétaire nationale du Fpi chargée des structures spécialisées et d’activités, a félicité le patron de la JFpi et ses camarades pour leur courage. « Félicitations à vous car sans la jeunesse, le Fpi aurait disparu après le 11 avril 2011», a-t- elle dit. Les anciens responsables de la JFpi  par la voix de Koné Fousséni et le président des « Parlements » et Agoras, Achille Gnahoré, ont abondé dans le même sens pour encourager Justin Koua et son équipe à poursuivre la lutte. Kouakou Jean Martial, président de la Jeunesse militante du parti ivoirien des travailleurs (Jmpit), a réaffirmé, pour sa part, la disponibilité de ses camarades à s’associer à la JFpi dans ce qu’il a qualifié de combat juste. «Comme le président du parti, Aka Ahizi, qui s’est inscrit dans le combat de l’opposition, sachez qu’il y a une jeunesse sœur qui est à vos côtés », a-t-il soutenu.Le secrétaire général et porte-parole du Fpi, Laurent Akoun,  ainsi que Me André Kouassi dit Lokossoué,  secrétaire national du Fpi chargé de la formation politique, étaient présents à ce rassemblement.

César Ebrokié

Source: Le Nouveau Courrier N°4619 lundi 20 janvier 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !