Après une attaque alléguée/ Agboville : voici les premières victimes de la purge annoncée

Après le passage du ministre de la Défense, Paul Koffi Koffi, dans la région de l’Agnéby-Tiassa, passage qui a fait couler beau - coup d’encre et de salive, une chasse à l’homme est planifiée et appuyée par une opération dénommée «Téré».

Jeudi 14 Novembre 2013 - 05:14


C’ est à une véritable purge que l’on assiste du côté d’Agboville sur des dénonciations calomnieuses de militants et sympathisants du Rassemblement des républicain de la région de l’Agnéby-Tiassa dont Agboville est le chef-lieu de région. Depuis la prétendue attaque d’un poste de contrôle dans le village de l’Aoguié et Ananguié, et surtout le passage du ministre de la Défense Paul Koffi Koffi, les militants et sympathisants du Front populaire ivoirien (Fpi) ont le sommeil troublé. Ils sont systématiquement pointés du doigt comme les instigateurs directs ou indirects des attaques contre des éléments Frci. Huit personnes, dans cette optique, ont déjà été mises sous les verrous sans aucune preuve. Il s’agit de Eddi N’Gbesso, Ekissi Hervé Constant, Tchimou Obo Daniel, Achimou Amonkou Simon (enseignant), dont les dossiers sont confiés au juge Kra N’Dri du 10ème cabinet. Quant à Thano Hilarion Krobou, son cas est pris en charge par le juge Coulibaly Ousmane du 9ème cabinet. Ces premières victimes de la purge du régime Ouattara ont la particularité d’être toutes originaires d’Agboville et d’être proches des idéaux défendus pas le président
Laurent Gbagbo. Depuis lundi dernier, ces personnes séjournent au Bâtiment «C» de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) après avoir effectué pendant 15 jours un passage à l’allure de chemin de croix à la Direction de la surveillance du territoire (Dst). Achimou Amonkou Simon, enseignant de profession et ex-animateur des « parlements et agoras » de Côte d’Ivoire, section d’Agboville, et ses co-détenus sont accusés par le pouvoir ivoirien d’«atteinte à la défense nationale». Dans l’après-midi d’hier mardi, ce sont trois nouvelles personnes qui ont rejoint leurs compatriotes d’Agboville à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan pour le même chef d’ac - cusation, à savoir «atteinte à la défense nationale». Après avoir séjourné pendant trois jours à la Dst, Dessi M’Bollo Aristide, Kouassi Koffi Fulgence et Yapi NGbecho Dominique ont été également écroués aux alentours de 17h au Bâtiment «C», après avoir vu leur dossier confié au juge Kra N’Dri du 10ème cabinet. «Je suis arrivé ce matin avec une armada. Ce n’est pas anodin», avait déclaré Paul Koffi Koffi qui a appelé séance tenante la chefferie et les cadres du département à s’impliquer pour la paix, au risque de faire le choix entre deux options. «Soit vous continuez de regarder faire, et alors votre région sera mise en quarantaine et subira les couvre-feux avec ses conséquences», a-t-il averti. A peine le ministre de la Défense à pris congé de ses hôtes que le rouleau compresseur a été déroulé. La suite, on la connaît, chasse à l’homme, traque, etc. Pour polir cette action, le gouvernement ivoirien a donné sa caution à une opération militaire de grande envergure : l’opération «Téré» (Soleil en langue Malinké). Comme quoi, personne n’échappe au reflet du soleil du régime Ouattara dans la région de l’Agnéby- Tiassa.  Toujours dans cette même optique des arrestations et emprisonnements des pro- Gbagbo auxquelles le régime Ouattara n’a pas encore mis fin, quatre autres personnes ont été déférées lundi dernier à la Maca pour «atteinte à la défense nationale». Leur dossier est aux mains du juge Coulibaly Ousmane du 9ème cabinet. Il s’agit de : Yao Abokan Firmin, Yao Kouamé (Marin), Gnapi Alain (Marine marchande). Une dame, en la personne de Gomah Philomène, aide-soignante, vient compléter la liste.

Par Saint-Claver Oula

 Le Nouveau Courrier N° 926 Du Mercredi 13 Novembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !