Après sa visite à la prison de Bouna Affi N’Guessan : « La roue de la vie tourne »

Lundi 23 Décembre 2013 - 07:54


Pascal Affi N’Guessan a été détenu injustement pendant plus de deux ans à la prison de Bouna. Le président du Fpi et ses codétenus ont subi des tortures et une maltraitance inimaginables. Il a été libéré, le 5 août 2013. Mettant à profit son séjour dans cette région où il a effectué une tournée politique, Affi a redécouvert cette prison, le samedi 21 décembre. Il était porteur de vivres et de non vivres pour les détenus dont des prisonniers politiques. Il leur a apporté son réconfort. Juste après cette visite, il a livré ses sentiments à la presse. « Nous avons passé deux ans et demi de notre vie dans cette prison. Donc c’est un lieu qui représente un moment important de notre vie. Il est bon souvent de marquer ce symbole. Je suis sorti, mais il reste encore quinze jeunes gens qui ont été extradés du Liberia qui étaient des codétenus et qui sont aussi des prisonniers politiques. Puis qu’ils ont été arrêtés pour les mêmes motifs que tous les autres cadres du Fpi. Je considère que c’est une partie de moi qui est encore dans cette prison. Il était important que je vienne saluer ces jeunes gens pour leur remonter le moral, leur apporter le soutien matériel et leur demander de tenir. Nous nous battons pour que dans le cadre de la réconciliation tous les prisonniers politiques soient libérés. Et que tous ceux qui sont en exil puissent rentrer. Il faut qu’ils tiennent bon et qu’ils comprennent le sens de leur détention. Ils ont le moral. En tout cas, je les ai trouvés en bonne santé. Ils savent bien qu’il y aura une fin. Ils savent aussi que nous nous battons dehors pour qu’ils sortent. Comme nous tendons vers la fin de l’année, j’ose espérer qu’au nom de la réconciliation, ils retrouveront la liberté. J’ai des sentiments d’espoir pour la Côte d’Ivoire. Des sentiments d’espoir parce que les uns et les autres sauront tirer les enseignements de cette situation qui peut paraître paradoxale et surréaliste.
Quelqu’un qui a été trimbalé, traîné dans cette prison qui était insalubre et abandonné, revient, je ne dirais pas triomphalement. Mais revient dans un autre contexte et est accueilli par les populations. Il va rendre visite à cette même prison, cette fois, en homme libre. C’est dire que la roue de la vie tourne. Donc, il faut que nous en tenions compte tous et nous posions des actes pour rester dans la roue de l’histoire »

B. K.


Publié le lundi 23 decembre 2013  |  Notre Voie




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !