Après sa nomination, les soutiens de Brigitte Kuyo donnent de la Voix:"La diaspora a été largement honorée en la personne de Brigitte KUYO."

Jeudi 12 Septembre 2013 - 16:25


brigitte Kuyo à une marche de la résistance patriotique ivoirienne à Paris
brigitte Kuyo à une marche de la résistance patriotique ivoirienne à Paris
La nomination de Brigitte KUYO est une opportunité de reconnaissance et de responsabilisation de la diaspora. A mon humble avis, il faut donc tourner la page des querelles et regarder ensemble, devant, pour sortir notre pays de la "merde".

Les récriminations intestines internes, mêmes si l'on les trouve plus ou moins légitimes, ne peuvent plus être à l'ordre du jour, vu l'urgence de sortir de la situation dramatique que nous subissons.

En effet, à mon humble avis, ce n'est pas la personne de Brigitte KUYO qu'il faut mettre en avant et vilipender. Il faut plutôt tirer collectivement profit des grade et fonctions auxquelles nous accédons grâce à elle et, surtout, la reconnaissance dont toute la diaspora bénéficie. Secrétaire Nationale du FPI, c'est être dans la catégorie des N°2 de l'exécutif du FPI , après celle de la Présidence (Président et vice-Présidents). C'est une grande considération non seulement pour la personne nommée, mais aussi, pour nous tous qui sommes proches du Présidents Laurent GBAGBO et situés dans le cadre spatial de l'étranger dans lequel se trouve cette camarade , je veux parler de la diaspora.

Se combattre ne sert plus à rien. Se conseiller est plutôt requis, avec la manière. Tant la diaspora doit soutenir Brigitte KUYO, tant la camarade a compris ou doit comprendre qu'elle est désormais à un rang où l'on fait la synthèse, rapproche toutes les positions, crée la synergie nécessaire pour contribuer efficacement aux solutions de sortie de crise et à l'obligation de résultat qui lui incombe.

Nous souffrons amèrement de cette crise, nos parents plus que nous car ils sont sur le terrain, totalement démunis. Nous ne sommes plus rien face à un pouvoir qui nous décime physiquement et en droits. Nous nous sommes battus avec notre cœur depuis le 11 avril 2011. Maintenant, nous sommes reconnus. Nous entrons dans la Cour des décideurs du FPI. Doit-on le refuser parce que nous nous reprochons nos défaillances antérieures, de manière perpétuelle? Comme dit le proverbe, "devons-nous refuser de manger parce que nous avons les dents pourries?"

La question se pose vraiment sur un autre terrain. La diaspora (y compris le FPI à l'étranger) a été largement honorée en la personne de Brigitte KUYO. Elle a réussi, au moins, à nous faire reconnaître et rehausser. Il faut saluer cette nomination qui vient à point nommé pour faire participer la diaspora, activement, à la politique nationale de notre pays. Quelle synergie créer entre le FPI et les organisations et personnalités de la résistance, comment faire en sorte que Brigitte KUYO réussisse cette mission lourde de responsabilités, comment la diaspora peut être à la fois un relais de la politique nationale en France et une clé d'ouverture de portes en occident (puisqu'elle dispose maintenant de l'outil ou parchemin utile), comment pouvons-nous mettre fin ensemble à la misère de notre peuple et la nôtre, comment pouvons-nous conjuguer nos forces pour que Brigitte KUYO soit une locomotive efficace afin que le train dans lequel nous sommes tous embarqués franchisse la barrière de l'injustice, telles sont certaines des questions, que nous devons nous poser.

Notons que dans son discours de remerciements, le Pr Sangaré a reconnu la valeur des actions posées par tous les acteurs de la résistance, surtout celles de la diaspora. Mais il a aussi insisté sur l'autorité et la cohésion nécessaires dans nos rangs. C'est pourquoi il a , à plusieurs reprises, à l'endroit du camarade Affi N'GUESSAN, insisté sur l'expression "Monsieur le Président du FPI", pour que l'exemple soit suivi et que l'ordre caractérise nos troupes, comme il caractérise nos adversaires. La diaspora doit donc en tirer une leçon. Cela n'exclut pas la critique. Mais il faut en trouver la manière afin qu'elle ne nuise pas à nos image et motivation.

J'aurai l'occasion d'approfondir ma réflexion sur ce sujet. Mais je tiens à soutenir cette nomination qui est l'émanation de tout le Bureau Exécutif du FPI notamment sa Présidence qui l'a discutée et acceptée et, aussi, la destinataire Brigitte KUYO.

Paris, le 12 septembre 2013
Zogo Toussaint GOBA




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !