Après les enseignants: Médecins, infirmiers et sages-femmes en grève le lundi 13 avril

En rogne contre le gouvernement pour son peu d’égards à leur endroit, les médecins, infirmiers, sages-femmes, techniciens de laboratoire et autres membres de la coordination des personnels soignants de la santé, ont décidé d’exprimer leur mécontentement à compter du 13 avril prochain, date fixée hier, pour le début de leur mouvement de grève.

Jeudi 2 Avril 2015 - 23:46


‘’L’heure est très très grave, le directoire des syndicats des personnels soignants de la santé demande aux camarades de demeurer confiants, à l’écoute et au respect des mots d’ordre à venir ‘’ tel a été la conclusion du Dr Atté Boka Ernest qui animait hier, un point de presse, à Yopougon, au siège de l’organisation syndicale. Il s’agissait pour le conférencier et par ailleurs porte-parole du directoire de la coordination, de dénoncer le mépris du gouvernement et interpeller par la même occasion, les populations ivoiriennes sur les conséquences qui pourraient découler de cette attitude. Des suites qui pourraient prendre la forme d’une grève, si on s’en tient au préavis de grève déposé hier, par la coordination des personnels soignants de la santé, conformément à la décision de l’assemblée générale ordinaire du 07 mars  dernier, à l’INFAS, à Treichville. Si dans l’intervalle, aucune ligne ne bouge, avertit Boka, le débrayage sera effectif dès le lundi 13 avril 2015. Mais avant l’annonce de cette action, le leader syndical a rappelé les démarches observées jusque-là par la coordination. Il a ainsi indiqué que le 04 février 2015, ayant constaté le rendez-vous manqué du déblocage des effets financiers des avancements, attendu par tous les fonctionnaires à la fin janvier, et faute de réaction du gouverne
ment, son organisation a tenu une assemblée générale ordinaire, question de consulter la base pour conduite à tenir. La réponse de celle-ci fut sans ambages : la grève en cas de non satisfaction continue des revendications. Mais le dernier fait qui aura finalement décidé les agents de la santé publique à aller à la grève, reste selon Dr Atté Boka, l’annulation et sans motif aucun, de la rencontre avec le premier ministre devant avoir lieu, lundi dernier. Un rendez-vous auquel tenait la coordination pour voir ses revendications aboutir. Une grande espérance qui a d’ailleurs valu aux techniciens de la santé de surseoir au dépôt du préavis de grève le  23 mars dernier.  Malheureusement, regrette Boka, les choses ont tourné court par la faute du mépris souverain affiché à chaque fois, par les autorités compétentes, démontrant ainsi que la santé des populations a peu d’importance à leurs yeux. Cette mauvaise humeur des personnels soignants de la santé publique vient ainsi mettre une couche supplémentaire au climat social qui s’annonce particulièrement chaud bouillant pour ce mois d’avril 2015. Et cela, notamment avec les enseignants qui n’ont réellement jamais desserré l’étreinte autour du gouvernement sur la question du déblocage de leur avancement et autre revalorisation indiciaire. Et cela malgré les appels incessants du gouvernement à la retenue et à la patience, assortis de la promesse de tenir l’engagement pris, à bonne date. Les étudiants, menés par la puissante Fédération estudiantine et scolaire de Cote d’Ivoire (Fesci),- complètement remise en scelle par les incuries et autres promesses non tenues par le régime-, ne sont pas en reste. Bravant la peur du pouvoir, ils ont paralysé ces dernières semaines, les universités publiques et la plupart des établissements du secondaire, du pays. En réponse, le régime a procédé à plusieurs arrestations dans les rangs des étudiants sans pour autant faire fléchir le mouvement qui promet d’ailleurs un retour des vacances pascales agité si dans l’intervalle, il n’y a pas d’avancées sur les revendications portées devant l’autorité, par Fulgence Assa et ses camarades de la Fesci. Ayant depuis l’accession aux affaires, d’Alassane Ouattara, banni le mouvement estudiantin des antennes de la télévision nationale, le pouvoir s’est résolu la semaine dernière et certainement à son corps défendant, à passer la Fesci au journal télévisé (JT) de 20 h, reconnaissant ainsi le poids du syndicat estudiantin, sur le terrain. Même ambiance dans les journaux proches de la Ouattarandie où les plumes enflammées n’ont pas hésité à pointer un doigt accusateur contre le ministre Gnamien Konan, coupable à leurs yeux d’avoir favorisé le retour du « monstre » Fesci. Si on ajoute à cela, la détermination des irréductibles du Pdci,- que sont les KKB, Banny et Essy, désormais coalisés avec le Pr. Mamadou Koulibaly de Lider et le FPI de Sangaré Aboudramane-, décidés à aller au bout de l’exercice contre Ouattara, à la présidentielle d’octobre prochain, on obtient pour le régime, un labeur important en cette année électorale. Et ce n’est pas tout, puisque malgré l’accalmie apparente, l’ambiance dans  la plupart des casernes  du pays, reste toujours préoccupante.  Ca promet !


GAS

Source: Aujourd’hui / N°860
 

Résolutions de l’Assemblée Générale des personnels soignants de sante du 07 mars 2015 relativement au déblocage des effets financiers des avancements indiciaires des fonctionnaires

Bacongo Cissé, ministre de la fonction publique
Bacongo Cissé, ministre de la fonction publique
Réunis en Assemblée Générale Ordinaire  ce samedi 07 mars 2015, à l’école de base de l’INFAS de Treichville, dans le cadre de la consultation des militants de base des 14 syndicats membres de la Coordination, sur les dossiers  de  revendications syndicales, et après avoir discuté des points de  l’ordre du jour suivant :
1)Information sur le déblocage des effets financiers des avancements indiciaires des fonctionnaires; 2)Compte-rendu des dossiers de revendications de la coordination ; 3)Conduite à tenir; 4)Divers ; Nous, Médecins, Pharmaciens, Chirurgiens dentistes, Vétérinaires, Infirmiers, Sages-femmes, Ingénieurs de santé, Techniciens supérieurs de santé, Aides-soignants, agents d’hygiènes du secteur public, avons adopté les résolutions ci-après:

I-RELATIVEMENT AU PAIEMENT DES EFFETS FINANCIERS DES AVANCEMENTS INDICIAIRES DES FONCTIONNAIRES


-L’Assemblée Générale constate avec regret que malgré les vives interpellations du Gouvernement depuis décembre 2014, en vue de la prise en compte effective du déblocage des effets financiers des avancements indiciaires des personnels soignants, à partir de fin janvier 2015, aucun paiement n’a été observé sur les soldes des mois de janvier et de février 2015 ; -L’Assemblée Générale marque son indignation devant cette situation de non paiement des  effets financiers du déblocage des avancements en fin janvier 2015 ; -L’Assemblée Générale  dénonce l’incertitude dans la mise en œuvre en 2015, par le Ministre de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative,  de la décision du Chef de l’Etat, portant déblocage des effets financiers des avancements des fonctionnaires, dont la première phase de l’opération a pourtant démarré avec succès en janvier 2014 ; -L’Assemblée Générale élève une vive protestation contre  le manque de dialogue social du Ministre CISSE IBRAHIME BACONGO, depuis sa nomination à la tête de cet important département.

II-RELATIVEMENT A LA PLATE FORME DE REVENDICATIONS

 
1.L’Assemblée Générale constate avec amertume qu’aucun des points de la plate forme de revendications 2014 n’a connu de satisfaction auprès du Gouvernement ; 2.L’Assemblée Générale dénonce le non respect du calendrier de dialogue social initié par le Premier Ministre avec les acteurs du secteur de la santé, risquant de mettre en péril l’examen et la satisfaction des dossiers administratifs et financiers contenus dans la plate forme de revendication de la Coordination ; 3.L’Assemblée Générale attire l’attention du Gouvernement sur le fait que la satisfaction entière de la plate forme de revendications constitue pour elle, la seule condition d’apaisement et de garantie du succès de la mise en œuvre de la Couverture Maladie Universelle (CMU).

III-RELATIVEMENT A LA CONDUITE A TENIR


1.L’Assemblée Générale interpelle vivement Monsieur le Premier Ministre sur la non application de la décision du Chef de l’Etat, portant déblocage des effets financiers des avancements des fonctionnaires à partir de janvier 2014, dont le paiement pour le secteur de la santé était prévu janvier 2015. 2.L’Assemblée Générale exige que les dispositions soient prises par le Gouvernement, afin d’assurer le paiement effectif des salaires débloqués  au 31 mars 2015, avec rappel des mois de janvier et février 2015, au bénéfice des fonctionnaires du secteur de la santé; 3.L’Assemblée Générale réclame instamment la reprise du dialogue sociale à la Primature, en vue de satisfaire diligemment les points de la plate forme revendicative, notamment les points portant sur :    •La signature du décret portant profil de carrière des Infirmiers et Sages- Femmes, et celui des Aides Soignants ; •La poursuite du glissement catégoriel des Cadres Supérieurs de la santé, conformément à l’arrêté interministériel n°5116 du 16 Juin 2006 portant modalités de promotion aux grades A5 ; A6 et A7 des médecins, pharmaciens, chirurgiens- dentistes et vétérinaires, suspendu depuis 2007 ; •La poursuite de la décision du Conseil des Ministres de décembre 2009, portant régularisation de la situation administrative des Agents d’Hygiène, par concours spécial d’intégration à la fonction publique de 904 Agents d’Hygiène en activité dans les structures sanitaires publiques ; •Le paiement intégral du stock des arriérés de salaire des personnels soignants cumulé depuis 2009. 4.L’Assemblée Générale adopte un préavis de grève, en vue d’un arrêt de travail des personnels soignants, en cas d’absence de traitement et de satisfaction des points 2 et 3 sus mentionnés; 5.L’Assemblée Générale donne mandat aux Secrétaires Généraux de la Coordination pour déposer à tout moment le préavis de grève adopté auprès des Autorités  compétentes ; 6.L’Assemblée Générale engage tous les Secrétaires des sections de base des 14 syndicats de la Coordination d’animer sur le terrain des réunions syndicales,  en vue d’informer et de mobiliser totalement le personnel soignant au tour du mot d’ordre de la lutte syndicale commune; 7.L’Assemblée Générale appelle tout le personnel soignant à demeurer confiant, solidaire et mobilisé pour les besoins de l’unité d’action syndicale.


Adoptées à Abidjan, le 07 mars 2015

Source: Aujourd’hui / N°860
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !