Après la présidentielle française, vive la Françafrique!

Vendredi 30 Mars 2012 - 01:04


Après la présidentielle française, vive la Françafrique!
« Aujourd'hui, on est colonisé et on ment au peuple qu'on est libre » tels sont les propos que tenait le Premier Président Sénégalais Léopold Sédar Senghor à travers les colonnes de Jeune Afrique du 07 janvier 1977). « Les nègres sont condamnés au destin d'éternels supplétifs de la grandeur française. Postulat bien entendu inacceptable » s’insurgeait l’écrivain camerounais (Mongo Béti). La France est une puissance moyenne, membre du conseil de sécurité des nations unies qui a besoin des pays africains pour garder son rang dans le monde. En effet, les Etats africains francophones votent toujours dans le même sens que la France dans les instances internationales. Si bien que, pour conserver son influence planétaire, la France impose à ses anciennes colonies de la soutenir sur le plan international et de promouvoir la Francophonie. Cette Francophonie devenant un moyen pour les Africains de défendre leur héritage colonial. En contrepartie de ce soutien indéfectible, la France maintien au pouvoir les dirigeants africains collaborationnistes. L'influence de la France à travers la coopération Franco-africaine empêche le développement de l'Afrique francophone. Car elle maintient expressément le statu quo pour les intérêts de ceux qui en tirent profit (les dictateurs africains, les multinationales françaises et l'État français.) Une réforme de la politique africaine de la France pourrait lui faire perdre son influence au niveau mondial. C'est pourquoi aucun candidat élu à la présidence en France ne pourrait prendre ce risque. L'influence française dans le monde est un des aspects de la continuité de l'État. C'est une obsession stratégique de l'hexagone. Mongo Béti dans son ouvrage: La France contre l'Afrique : Retour au Cameroun, affirme : "La France ne peut pas se passer de l'Afrique. Celle-ci est le relais indispensable à son prestige. Elle est nécessaire au maintien des positions françaises dans les grandes instances internationales, elle est enfin la survivance de tout un passé français. Voilà ce qui a fait le malheur de l'Afrique, c'est la racine même de la stagnation. C'est cette paranoïa qui a ligoté et paralysé le continent noir." La France n'a donc aucun intérêt et aucune raison de modifier une politique qui lui permet de fertiliser son influence au niveau planétaire quand bien même le maintien de son prestige a un coût cannibale en termes de sacrifices humains. Les candidats à l'élection présidentielle française font donc de l'incantation pour se donner bonne conscience. Une fois au pouvoir, la raison d'État, les intérêts supérieurs de la France auront la primauté sur la résolution de la pauvreté en Afrique. Ainsi, la rationalité économique, la place de la France dans le monde implique le maintien de liens privilégiés avec les dictateurs africains qui sont les seuls gages de la longévité de l'influence française au niveau mondial.

JONAS ZADI






Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !