Après l’attaque d’Agboville/ Paul Koffi Koffi veut faire son Guébié

Sans qu’aucune enquête n’ait été diligentée, les auteurs des attaques perpétrées contre les FRCI dans la région de l’Agnéby-Tiassa sont désormais connus, si l’on en croit le ministre Paul Koffi Koffi. Une manière pour lui de préparer l’opinion à un carnage dans la région, à l’image de la triste parenthèse qu’a subi le peuple Guébié de Gagnoa.

Jeudi 7 Novembre 2013 - 03:00


Paul Koffi Koffi
Paul Koffi Koffi
«Nous allons demander aux populations de parler aux enfants, car ce sont bien leurs enfants, je peux vous le dire. Ce sont leurs enfants. Ce sont des jeunes qui viennent de la région», hurlait la ministre Paul Koffi Koffi en visite d’intimidation le 30 octobre dernier à Agboville après l’attaque qui avait eu lieu dans cette localité. Une confidence qui vient lever le voile sur l’identité réelle des assaillants qui, par 3 fois ont pilonné les positions des FRCI dans cette région. Il s’agit des populations de la région de l’Agnéby-Tiassa, donc du peuple Abbey qui à en croire le régime veut livrer la guerre à la Côte d’Ivoire. Une déclaration qui peut paraitre anodine mais pourtant pleine de sens. Un autre Guébié se prépare-t-il contre le peuple Abbey ? Qui mieux que le ministre et de surcroit celui en charge de la défense peut se permettre des révélations aussi graves à la suite d’un tel événement. Si ce n’est de livrer à la vindicte des populations innocentes. A la vérité venant d’un homme d’Etat ces propos sont mal placés parce qu’ils sont de nature à braquer les ivoiriens contre ce peuple.
Une manière sans doute de préparer les esprits des «adorateurs» à une prochaine purge qui pourrait être lancée contre ce peuple que l’on accuse de tous les péchés d’Israël, sans le moindre soupçon de preuve. Parce qu’après ce genre de déclarations, la suite on la connaît. Ce sont des arrestations, enlèvements, brimades, séquestrations et autres qui sont perpétrées contre des populations innocentes par des FRCI très excités et animés d’un désir d’exactions.
Un prétexte pour lancer la chasse aux pro- Gbagbo A preuve, il a seulement suffi du départ du ministre pour que dans la soirée de ce 30 octobre, le triste constat de l’enlèvement d’honnêtes citoyens. Sur la base de leur appartenance à la galaxie patriotique qui a soutenu le président Laurent Gbagbo. Plus intrigant dans ces enlèvements et autres arrestations infondées, les prétendus auteurs de ces attaques ne l’ont pas été lors de l’assaut de ce commando. Mais cela s’est fait alors que ces personnes vaquaient en toute quiétude à leurs occupations. Triste mais c’est la suite logique du déplacement du ministre délégué à la défense qui, à y voir de près est venu donner le signal d’une grande vague d’arrestations. Car il ne faut pas perdre de vu les menaces - indignes d’un ministre de la République - proférées contre cette région.

Et si ces attaques venaient des FRCI ?

 Alors même que le régime s’obstine à trouver ailleurs les auteurs des attaques contre les FRCI, il feint d’oublier une piste et non des moindres. Celle des FRCI qui pourraient en être les véritables auteurs. En effet, cette interrogation ne cesse de trottiner l’esprit car après un rapprochement, l’on s’est aperçu que malgré l’arrestation des prétendus déstabilisateurs que le régime dit proches de Laurent Gbagbo, les attaques ne se sont pas estompées. Ces attaques pourraient aussi provenir de ces ex soldats que le régime avait enrôlés pour faire la guerre au régime de Laurent Gbagbo et qui par la suite ont été démobilisés par Alassane Ouattara. Ces soldats, le régime le sait bien, sont toujours détenteurs des armes dont ils ont eu besoin pour attaquer les Ivoiriens. Quand on sait que Alassane Ouattara, créateur et parrain officiel des FRCI, lors de sa tournée au Nord leur avait demandé de garder soigneusement leurs armes à la maison, il y a de quoi s’inquiéter. Alors, Paul Koffi Koffi, plutôt que de menacer les populations, devrait s’atteler à assurer leur sécurité. Auquel cas démissionner pour laisser la place à plus compétent que lui. Il est trop facile de proférer des accusations génériques du genre «ce sont vos enfants» dans une situation aussi sérieuse que les violences récurrentes dans l’Agneby Tiassa.

Par Gérard Koné

 Source: Le Nouveau Courrier N° 919 Du Mardi 05 Novembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !