Après Compaoré, Hollande vise clairement Faure Gnassingbé

Lundi 1 Décembre 2014 - 11:39


Après Compaoré, Hollande vise clairement Faure Gnassingbé
Au Togo et pour une fois, c’est l’opposition, la société civile et la grande majorité de la population qui demande une modification de la constitution pour limiter les mandats dans un pays où ils sont ouverts et illimités
En marge du sommet de Dakar, Hollande a été clair, sans langue de bois, "vous devez écouter la voix de votre peuple".
A la suite du Burkina Faso et en marge du sommet de la Francophonie, Paris entend augmenter la pression sur Faure Gnassingbé. Pour cela, non seulement Hollande a changé une phrase dans son discours, mais il a rencontré le président togolais pour lui demander d’écouter « la voix de son peuple ». Au-delà de la lettre à Compaoré, le président français avait multiplié, en sourdine, des gestes pour dissuader l’ex homme fort de Ouagadougou de modifier la constitution. Idem pour Faure désormais.
« Nous apporterons tout le soutien nécessaire aux citoyens des pays dont on empêche l’alternance politique! ». Ce bout de phrase prononcée à Dakar par François Hollande a remplacé « Nous apporterons tout soutien nécessaire aux citoyens des pays dont Le président les présidents modifient la constitution pour empêcher l’alternance politique ! « . L’aspect de la modification de la constitution ne tient plus d’autant plus que dans quelques pays, la loi fondamentale permet des mandats illimités, « en toute légalité« . Demande a été faite au président français par l’un de ses proches collaborateurs de tenir compte de cet aspect sur lequel on n’a pas beaucoup insisté depuis qu’on parle de limitations de Mandats. Faure Gnassingbé lui-même en a profité pour dire à Accra, il y a quelques jours, qu’il entend « respecter la constitution togolaise » avec une teinte de mauvaise foi, oubliant de préciser que son parti a modifié ladite constitution pour qu’elle soit adaptée aux ambitions personnelles de son feu père auquel il a succédé. Le président français s’était évertué, en amont du XVe sommet de la Francophonie qui se tient à Dakar, pour appeler les chefs d’Etat africains à ne pas modifier les constitutions de leur pays pour des intérêts personnels. Hollande l’a rappelé dans plusieurs discours avant de prendre désormais en compte clairement les cas des pays qui ont manifestement modifié leur constitution depuis longtemps, permettant à certains chefs d’Etat de « s’éterniser au pouvoir« . Depuis, il fait du Togo une priorité d’autant que tous les autres pays de l’Afrique occidentale francophone ont limité les mandats. C’est le cas du Bénin (où la cour constitutionnelle a précisé la semaine dernière qu’aucune modification de la limitation des mandats ne peut être possible, « en aucun cas« , de la Côte d’Ivoire (où Ouattara évoque son éventuel « second et dernier mandat » comme celui de l’accomplissement des travaux entamés) du Niger, du Mali, du Sénégal et du Burkina Faso qui devrait limiter très rapidement les mandats au cours de la transition en cours. Le Togo est devenu l’unique bête noire d’une région où Faure Gnassingbé sera le seul à marcher sur la tête ! Lire la suite...




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !