Après Bonoua et Samo: Le commando mystérieux frappe à Alépé

Un mort. C'est le bilan officiel des échanges de tirs qui ont eu lieu dans la nuit du mercredi 17 à hier jeudi 18 octobre 2012, entre des éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) et des individus armés non identifiés dans le village de Grand Alépé.

Vendredi 19 Octobre 2012 - 07:00


Après Bonoua et Samo: Le commando mystérieux frappe à Alépé
Selon l'Agence ivoirienne de presse (AIP) qui cite des sources sécuritaires, les affrontements se sont déroulés à l'aube ce jeudi. Interrogé par cette agence, le chef des FRCI à Alépé, le commandant Inza alias ''Barbu'' annonce l’arrestation par ses éléments en faction à Grand Alépé de ‘’trois individus munis d'armes de guerre’’. Les hommes du commandant ''Barbu'' ont sommé les personnes suspectes qui étaient certainement à bord d'un véhicule, de s'arrêter.
Mais pour marquer leur refus d'obtempérer, les trois individus ont ouvert le feu sur les militaires. Il s'en est suivi des échanges de tirs au bout desquels un assaillant sera grièvement atteint. «Mes éléments ont sommé ces personnes de s’arrêter mais ces derniers ont ouvert le feu sur eux. Après les échanges de tirs, un des assaillants qui a été grièvement atteint est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital d’Alépé», a révélé à l'AIP le chef des FRCI de la ville. «Nous avons été réveillés par des tirs très tôt le matin, entre 3 h et 4 h du matin, et c’est après que nous avons appris que des personnes dont nous ignorons la provenance ont été arrêtés dans le village par les FRCI », a déclaré au téléphone à l'Agence ivoirienne de presse un habitant de Grand-Alépé.
Apeurées, les populations d'Alépé ont déserté les rues, les écoles, les commerces et les services publics ont fermé leurs portes en fin de matinée, hier. Selon une source anonyme, qui nous a joints, il y aurait eu plus de morts. Deux à trois, a-t-il indiqué, sans toutefois préciser si c’était dans le camp des assaillants ou des forces républicaines. Cet incident, faut-il le noter, fait suite à des attaques perpétrées dans la ville de Bonoua, dans le gros village de Samo au sud d'Abidjan et à la centrale thermique d'Azito dans la commune de Yopougon, dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 octobre 2012.
Plusieurs morts avaient été dénombrées et les autorités militaires ont annoncé l'interpellation d'une dizaine de personnes présentées comme des membres d'un commando dit ‘’mystérieux’’. Est-ce le même commando qui a frappé sur le front d’Alépé? En tout cas, la situation restait toujours tendue dans la région, au moment où nous mettions sous presse hier, dans la soirée.

Hervé KPODION

Source: L'Inter





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !