Appel à la Communauté internationale suite aux actes d’agressions répétés du pouvoir à l’endroit des membres de l’opposition

Vendredi 1 Avril 2016 - 17:46


Dr Claude KOUDOU  Enseignant-Ecrivain  ; Président des Convergences pour la Paix et le Développement de l’Afrique
Dr Claude KOUDOU Enseignant-Ecrivain  ; Président des Convergences pour la Paix et le Développement de l’Afrique
Objet  : Appel à la Communauté internationale suite aux actes d’agressions répétés du pouvoir à l’endroit des membres de l’opposition




Madame, Monsieur,
Cinq années après le déclenchement de la crise postélectorale, la situation socio-politique en Côte d’Ivoire reste très fragile pour ne pas dire invivable pour l’opposition qui ne peut s’exprimer parce que les règles démocratiques ne sont pas respectées.
Les organisations des défenses des droits de l’homme et les observateurs avisés qui veulent que le pays se relève, constatent comme nous que plusieurs membres de l’opposition et des personnes soupçonnées être proches de l’ex-président Laurent Gbagbo sont emprisonnées sans jugement pour la plupart. Même un membre de la société civile qui a purgé sa peine reste encore sous les verrous.
A la Cour pénale internationale, nous assistons à un procès partial. Lequel procès, au regard du droit, aurait dû être interrompu si l’on s’en tient aux dépositions des premiers témoins à charges, qui ont plutôt mis l’accusation en difficulté.
Le samedi dernier (26 mars 2016), à l’occasion de sa première sortie d’une tournée politique programmée dans l’Est de la Côte d’Ivoire, les militants du Front populaire ivoirien ont été agressés alors que cette manifestation a bien été autorisée par le pouvoir.
Depuis longtemps, l’opposition a beau appelé au dialogue politique en vue de l’instauration d’une réconciliation nationale viable, rien n’y fait. Le pouvoir depuis son avènement s’enferme dans une logique de musèlement et de violence à l’endroit de l’opposition.
A Bouna (Nord-Est de la Côte d’Ivoire), des affrontements ont déjà fait une trentaine de morts et 39 blessés et des foyers s’élèvent à l’ouest et des foyers s’élèvent à l’ouest.
La Côte d’Ivoire étant un pays moteur de la sous-région ouest-africaine, il est du devoir de ceux qui n’approuvent pas la gouvernance actuelle du pays de jouer leur rôle, afin que des solutions viables soient trouvées dans l’intérêt des populations.  
Vu que des éléments de tension qui risquent d’embraser le pays, se multiplient, nous voudrions ici interpeller les organisations de défense des droits de l’homme et les institutions de la Communauté internationale pour sauver ce pays, dans l’intérêt de tout le monde (des populations ivoiriennes comme des investisseurs).
Mesdames et Messieurs, au vu des violations incessantes des règles démocratiques et des droits de l’homme, avant qu’il ne soit trop tard, nous voudrions espérer que notre adresse actuelle sera examinée avec la plus grande attention.
Fait à Paris, le 30 mars 2016-03-31


Dr Claude KOUDOU

Enseignant-Ecrivain  ; Président des Convergences pour la Paix et le Développement de l’Afrique
Ampliations  :
ONU  ;
Union Européenne  ;
Union Africaine  ;
Elysée  ;
Maison Blanche  ;
Kremlin  ;
Assemblée Nationale française  ;
 Sénat  ;
Congrès américain  ;
Amnesty international  ;
Human Right Watch.
.
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !