Alors qu’il n’a cessé d’accuser Gbagbo Ouattara, plus grand acheteur d’armes de l’histoire de la Côte d’Ivoire

Jeudi 26 Septembre 2013 - 02:28


Alors qu’il n’a cessé d’accuser Gbagbo Ouattara, plus grand acheteur d’armes de l’histoire de la Côte d’Ivoire
Ce sont des données rendues publiques par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), un organisme indé - pendant basé en Norvège qui, chaque année, évalue les dépenses en armement de 172 pays dans le monde. Selon le SIPRI, la Côte d’Ivoire est le neuvième acheteur d’armes d’une Afrique qui compte 54 pays. De plus, quand on analyse les tendances, l’on s’aperçoit que les dépenses militaires de l’Etat augmentent avec Alassane Ouattara au pouvoir. Traditionnellement, la Côte d’Ivoire n’est pas très portée sur les dépenses de ce type. En 1996 et en 1997, avant les «années terribles», le pays consacrait un peu plus de 50 milliards de FCFA par an à ce domaine. La rébellion qui lui a été imposée par les hommes qui plastronnent aujourd’hui aux premières loges l’a obligé à augmenter son budget d’armement. 124 milliards en 2003, 155 milliards en 2007, 192 milliards en 2010. Mais c’est en 2012 que les dépenses de ce type ont dépassé la barre symbolique des 200 milliards de FCFA (208 milliards en tout, selon les estimations du SIPRI).
Cette évolution est fort curieuse, quand on se souvient des saillies hargneuses d’Alassane Ouattara et du RDR qui accusaient Gbagbo de se surarmer alors qu’une rébellion armée occupait plus de la moitié du pays et que le Burkina Faso de Blaise Compaoré, par exemple, ainsi que le Liberia de Charles Taylor, jusqu’à son renversement, consti - tuaient des menaces objectives. Aujourd’hui, le régime contrôle la totalité du territoire. Les Etats belliqueux qui soutenaient l’insurrection officiellement menée par Guillaume Soro sont ses alliés politiques. La France a repris sa coopération militaire avec la Côte d’Ivoire – puisqu’elle l’avait suspendue par hargne anti-Gbagbo – et va jusqu’à faire des missions de police, en col - laboration avec l’ONUCI, pour pallier les carences de l’armée de bric et de
broc née de la guerre de 2010-2011. Et pourtant, Ouattara fait exploser les dépenses militaires… Contre qui prépare-t-il donc la guerre si ce n’est contre l’opposition civile, c’est-à-dire, selon l’expression qu’affectionne l’interventionnisme occidental, «contre son propre peuple» ? Par ailleurs, tout se passe comme si la Côte d’Ivoire n’était absolument plus sous embargo militaire. Les rapporteurs de l’ONU, qui savaient se montrer pugnaces pour accabler Gbagbo, sont aux abonnés absents – quand ils n’accusent pas le FPI, sur la base de relevés téléphoniques fournis par un Hamed Bakayoko ayant intercepté une conversation entre un journaliste et une personne non identifiée, d’avoir des relations avec les rebelles islamistes maliens…

Philippe Brou
 source : Le Nouveau Courier : N° 887 Du Mercrerdi 25 Septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !