Alerte! barbarie des militants du RDR contre le FPI: Le siège du Parti attaqué à l'arme lourde et incendié. Plusieurs militants blessés et pris en Otage.

Samedi 18 Août 2012 - 16:42


Image d'archives
Image d'archives
Le siège du FPI (Front populaire ivoirien) a été attaqué, il y a juste quelques heures, par une horde de militants du RDR, parti d’Alassane Ouattara, lourdement armés, a-t-on appris de source proche du parti de Laurent Gbagbo. Selon cette même source, plusieurs militants du FPI, qui étaient en réunion au siège de leur parti, ont subi la bastonnade de leurs bourreaux avant d’être pris en otage par ces derniers. Selon une autre source, le responsable de la Jeunesse du FPI, Koua Justin serait entre les mains des preneurs d’otage. Le local n’a pas non plus échappé à la furia des agresseurs surexcités et prêts à dévorer du FPI sur leur passage. Ils ont pris soin d’incendier le siège du parti.
Depuis quelques jours, la psychose a gagné l’actuel régime issu de RHDP (Rassemblement des Houphouêtistes pour la démocratie et la Paix). Le régime affiche chaque jour son incapacité à faire régner un climat de sécurité dans le pays, face à des groupes armés prenant pour cibles les FRCI. Toulépleu, Abengourou, Agboville, Akouédo, Dabou et Taï ont été, ces derniers temps, des théâtres d’affrontements entre FRCI et combattants armés non identifiés. Toutefois, les tenants du pouvoir se sont empressés de pointer le doit accusateur sur les militants et responsables du FPI. Ils les accusent d’être les commanditaires et les auteurs de toutes ces attaques. Face à ces accusations, le parti de Laurent Gbagbo, eut à condamner officiellement ces attaques et ces crimes, qui instaurent un climat d’insécurité croissante dans le pays, situation qui crée la panique et la psychose au sein de la population.
La déclaration du FPI rejetant toute responsabilité des attaques contre les FRCI, semble ne pas avoir convaincu les militants du RDR et leurs leaders au sein du pouvoir. Si tel est le cas, l’attaque contre les militants et le siège du FPI pourrait être perçu comme un acte de « vengeance, ou de représailles». Un acte qui vient encore une fois, comme d’autres antérieurs, compromettre toutes les chances d’une paix durable et d’une véritable réconciliation en Côte d’Ivoire. Surtout que l’on ignore pour l’instant la réaction des militants du FPI face à cette énième barbarie de ceux du RDR toujours soutenus et souvent aidés dans leur sale besogne par les FRCI.
 
ZEKA TOGUI.
Une dépêche de civox.net




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !