Alassane Ouattara à l’Elysée: les patriotes ivoiriens paralysent le quartier. Manifestation très chaude et mouvementée

Vendredi 27 Juillet 2012 - 07:04


Alassane Ouattara à l’Elysée: les patriotes ivoiriens paralysent le quartier. Manifestation très chaude et mouvementée
Ils l’avaient promis. Ils ont tenu leur promesse. Plusieurs patriotes ivoiriens étaient exceptionnellement mobilisés ce jour ouvré du jeudi 26 juillet 2012. Ils tenaient à réserver un accueil des plus «chaleureux» au chef de l’État ivoirien, Alassane Dramane Ouattara. Il l’ont fait. Ils sont arrivés par petites vagues à la place Chassaigne Guyon dans le 8ème arrondissent parisien. Sur cette place, Christine Zékou, responsable du CODESCI, initiatrice de la manifestation, a planté le décor. Un décor fait de banderoles, de grandes affiches, de pancartes et du drapeau ivoirien, sans compter la logistique acoustique. Sur certaines pancartes et banderoles, l’on pouvait voir des images des atrocités et des crimes horribles commis par les forces pro-Ouattara. Le message était claire: le démocrate installé par « la communauté internationale» en Côte d’Ivoire, sous une pluie de bombes, en renversant le président Gbagbo le 11 avril 2012, n’est rien d’autre que dictateur invétéré. Un dictateur qui, avec son armée et ses partisans, viole les droits des ivoiriens et planifie le génocide des Wê dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. L’un des objectifs de cette manifestation, selon les organisateurs, était donc de protester contre sa réception à l’Élysée, dans un pays dit des droits de l’homme. Cette protestation étaient essentiellement marquée de propos traduisant leur indignation. Ils ont scandé «Ouattara assassin», «Ouattara dictateur». Leur présence très bruyante à cette place à bien perturbé la quiétude des riverains et des automobilistes. Mais cela ne suffisait pas pour les manifestants. L’écho de leur manifestation ne parvenait pas à l’Elysée. Ils ont donc spontanément décidé de se déporter vers le palais pour se faire mieux entendre par ses occupants et surtout par l’hôte du jour, Dramane Ouattara. C’est en ce moment que les manifestants, dans un élan de colère et de détermination, réussissent à contourner le barrage policier dressé à la place Chassaigne Goyon, pour se dériger, à pas de course, vers l’Elysée. Mais ils ne sont pas parvenus à franchir le périmètre de sécurité disposé dans les environs immédiats du palais. Là ont commencé les échauffourées entre manifestants et policiers. Ces derniers ont font usage de gaz lacrymogène pour tenter en vain de les disperser. Toujours déterminés, les manifestants ont tenté de contourner le barrage policier faisant obstacle à leur progression. C’est en ce moment que la police engage a une course poursuite contre les manifestants. Une course poursuite qui a durée un plus d’une demi heure. Les manifestants ont réussi, pendant ce temps, à paralyser le quartier. Empêchant la circulation des véhicules et troublant la quiétude des habitants et des commerçants. Pendant ce temps une partie des manifestants étaient restée à la place autorisée pour la manifestation. Ils ont été rejoints par ceux qui avaient réussi à imposer aux policiers le footing matinal, qu’ils n’avaient sans doute pas prévu dans leur agenda du jour. Ce footing n’a pas été du goût de la police. Ils l’ont fait payer aux manifestants. La police française a donc décidé de casser la manifestation, suite à ce désordre fortement perturbateur créé par des manifestants très en colère.

Christine Zékou- Aussi un talent de décoratrice de manifestations
Christine Zékou- Aussi un talent de décoratrice de manifestations
Un impressionnant détachement de policiers à donc pu converger vers la place Chassaigne Goyon. A l’aide de ses véhicules de transports, la police est parvenue à quadriller la petite place occupée par tous les manifestants réunis. Puis elle a procédé à leur encerclement. Pendant ce temps, en toute sérénité, la manifestation se poursuit entre chant et interventions de Willy Bla, porte-parole du Cri Panafricain. Mais la manifestation ne pouvait continuer plus longtemps. Le commandant de la police a décidé de procéder à l’identification de tous les manifestants dans des commissariats de polices. Ils a fait positionnés des cars à cet effet. Tous devaient être embarqués pour prendre les directions des commissariats du 11ème et du 15ème arrondissement. Le choix est d’abord laissé à un embarquement volontaire des manifestants. Mais d’autres sont embarqués de force. Encerclés, plusieurs des manifestants ont exprimé leur opposition à cette réaction de la police contre une manifestation autorisée. Des échauffourées ont eu lieu. Tous sont faits prisonniers en plein air, interdits de quitter la place et de franchir le dispositif policier d’encerclement. Une manifestante a été ainsi contrainte d’uriner devant tout le monde, sans gêner les policiers. Dans ce sandwich, la colère et la tension sont montées, mais sans conduire à la bagarre. Vu la détermination de la police à casser la manifestation et à procéder au contrôle d’identités des manifestants, ces derniers ont sagement compris qu’il ne fallait engager un bras de fer. Plusieurs volontaires ont donc décidé d’embarquer dans les cars positionnés pour leur transport. Des cars hermétiquement fermés et fortement surchauffés, prévus pour être normalement climatisés en temps de chaleur. Mais aucune climatisation pour les manifestants. Dans cette chaleur étouffante les embarqués ont continué de clamer «Gbagbo président», «Ouattara assassin», frappant fortement les vitrines des cars jusqu’à destination. Au moins deux cars pleins de manifestants sont partis du lieu de la manifestation. D’autres manifestants sont cependant restés sur place, toujours encerclés par la police. Après le contrôle des identités, les manifestants conduits dans les commissariats de police ont été tous libérés. Telle fut la journée particulière de ce jeudi 26 juillet 2012 pour les patriotes ivoiriens ayant manifesté contre la réception d’Alassane Ouattara à l’Élysée.


ZEKA TOGUI.
 

                                                 IMAGES DE LA MANIFESTATION.

Alassane Ouattara à l’Elysée: les patriotes ivoiriens paralysent le quartier. Manifestation très chaude et mouvementée
                                                                          


Alassane Ouattara à l’Elysée: les patriotes ivoiriens paralysent le quartier. Manifestation très chaude et mouvementée


Alassane Ouattara à l’Elysée: les patriotes ivoiriens paralysent le quartier. Manifestation très chaude et mouvementée

Alassane Ouattara à l’Elysée: les patriotes ivoiriens paralysent le quartier. Manifestation très chaude et mouvementée


Dans l'un des cars de la police où les manifestants ont été embarqués
Dans l'un des cars de la police où les manifestants ont été embarqués





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !