Ahoussou Kouadio Jeannot-l’Oracle de Delphes et son scoop du siècle

Jeudi 6 Avril 2017 - 10:47


Quel esprit saint inspira Ahoussou Kouadio Jeannot, ce samedi 11 mars 2017, au lancement de la 4ème édition du Paquinou  du Bélier, à la salle des fêtes de l’Hôtel de Ville de Yamoussoukro ? Quel  autre génie a-t-il incarné l’homme, à cette occasion, le poussant à piétiner et broyer l’histoire de la Côte d’Ivoire ? Quel diable malfaisant a-t-il possédé Ahoussou Kouadio Jeannot pour que, voulant entrer dans l’histoire, il la reconstruit de la façon la plus maladroitement laide, et ce, à la mesure de ses ambitions politiques et sociales détestables de l’horizon 2020 ?
 

En effet, devant le vaste public pétrifié et médusé qui l’écoutait, c’est un Ahoussou Kouadio Jeannot qui se tortillait avec une fatuité frisant le ridicule. Tellement sûr de son fait, l’homme instruisit la Côte d’Ivoire du pan le plus important et secret de son histoire ! Pris d’une puérile vanité, Ahoussou Kouadio Jeannot a, doctement, enseigné à toute la Côte d’Ivoire que ce sont les Sénoufo qui accueillirent et donnèrent des terres à la Reine Abla Pokou et ses partisans constitués de plusieurs tribus, dès leur arrivée en Eburnie, après avoir fuit le Royaume Ashanti en guerre. Poursuivant et comme un oracle de Delphes, Ahoussou Kouadio Jeannot enfonça le clou en débitant  que : «  la relation particulière échappant à la norme de l’humanité originelle conclue, entre l’être exceptionnel Houphouët-Boigny et le chef suprême des Sénoufo, Péléforo Gon Coulibaly », procède de cela.
 

Que diantre, c’est le lieu d’interpeler le désormais historien de la petite histoire qu’est devenu l’inimitable Ahoussou Kouadio Jeannot pour qu’il revienne sur terre. Au demeurant, d’après l’Historien grecque Hérodote dans « l’histoire de la Côte d’Ivoire » que je paraphrase, la Reine Abla Pokou mène la fuite des Akan Assabou (Baoulé) venus de Koumassi. Ils s’installent au Centre de la Côte d’Ivoire. Ils prennent, ainsi, Sakassou pour installer le Royaume Baoulé et cohabitent avec les Gagou, les Gouro et les Wouan. La Reine Abla Pokou a régné de 1730 à 1760, soit 30 ans de pouvoir. La Reine Akoua Bony a pris la relève, de 1760 à 1790, à qui a succédé le Roi Kouakou Djiê 1er, de 1790 à 1820. Concomitamment à l’histoire,  la géographie nous indique que les peuples Sénoufo et leur Royaume s’étendaient sur une région bien au Nord de celle que foula la Reine Abla Pokou et son peuple. Cela, après qu’une fois le fleuve Comoé traversé, les riverains Agni leur eussent facilité la poursuite de leur exode. La jonction entre les Tagouana qui constituent le grand groupe du Sud du Royaume Sénoufo et les Baoulé ne se fit que beaucoup plus tard, avec les échanges commerciaux dans la fraternité.
 

Cela fait trois siècles donc que les Baoulé se sont fixés au Centre de la Côte d’Ivoire. Le Président Félix Houphouët-Boigny a vécu jusqu’au 7 décembre 1993 et son successeur Henri Konan Bédié a été renversé par un putsch en décembre 1999. Puis, le Paquinou baoulé remonte aux années 1990. Mieux encore, sa version attentatoire à l’unité du peuple baoulé dite « Paquinou du Bélier » a déjà connu trois(3) éditions. Aussi crédible que le tailleur sur mesure de la petite histoire, Ahoussou Kouadio Jeannot puisse paraitre, son histoire exposée appelle des interrogations. Durant toutes ces dates, où était passé Ahoussou Kouadio Jeannot pour ne pas organiser une telle fête en l’honneur des Sénoufo, nos bienfaiteurs ?  Avait-il perdu le virus de la reconnaissance pour le retrouver, subitement, en ces temps de misères actuelles que broient les peuples baoulés et sénoufos ? La Région du Bélier est-elle le territoire, par excellence, où l’on retrouve tous les Baoulé ? Ou bien est-elle le creuset du Paquinou ? Quel est ce dessein malhonnête à vouloir institutionnaliser une fête propre à toute une Communauté en la réduisant à une fraction de celle-ci ?
 

Au regard de l’histoire authentique de la vague migratoire des Baoulé, Ahoussou Kouadio Jeannot commet un parjure et insulte les mémoires de Félix Houphouët-Boigny et Péléforo Gon Coulibaly dont il use avec désinvolture pour ses mises en scène. Il veut refaire l’histoire pour se rassasier des miettes qui tombent de la table d’Amadou Gon Coulibaly. L’historien de la petite histoire Ahoussou Kouadio Jeannot insulte les Gouro, Gagou et Wouan par son déni de vérité sur l’accueil qu’ils ont réservé aux Baoulé. Le tailleur sur mesure de la petite histoire, Ahoussou Kouadio Jeannot, dénie toute crédibilité aux Professeurs Henriette Dagry Diabaté, Jean Noël Loukou, Simon-Pierre M’Bra Ekanza, praticiens de cette Science rigoureuse qu’est l’Histoire. Il insulte même le peuple sénoufo. Au surplus, l’historien de la petite histoire, Ahoussou Kouadio Jeannot, force la mécanique pour abuser deux peuples en consacrant, par la même, la fracture du tissu ivoirien. Dans la dynamique de réconciliation nationale, Ahoussou Kouadio Jeannot aurait dû réunir des délégations de toute la Côte d’Ivoire autour d’un thème fédérateur du Paquinou pour en tirer meilleure gloire.
 

Mais, en transformant paquinou en un happening prioritairement jouissif et d’autocélébration, Ahoussou Kouadio Jeannot empêche les Baoulé de célébrer leurs retrouvailles, de se recueillir, d’organiser des funérailles, de parler de mutuelles et associations de développement, de nourrir des projets,… le tailleur sur mesure de la petite histoire, Ahoussou Kouadio Jeannot, chosifie le Paquinou, le profane et le vide de sa valeur originelle porteuse de culture et de tradition. Le faisant, sait-il que tout comme les autres planteurs du pays,  les Baoulé sont amers du fait de leurs produits agricoles, fer de lance des paquinou, qui n’ont pas été achetés ? Ahoussou Kouadio Jeannot sait-il aussi que, les Sénoufo ne se reconnaissent pas dans cette gouvernance qui n’apporte que misères et désolation à leurs quotidiens ? Et qu’ils n’ont jamais porté dans leur cœur ce roitelet arrogant au cœur d’acier qu’on a décidé de leur imposer ainsi qu’à toute la Côte d’Ivoire. L’historien de la petite histoire, Ahoussou Kouadio Jeannot, sait-il que les Ivoiriens sont mécontents du traitement que leur pouvoir a réservé aux nombreux souscripteurs des Sociétés d’agrobusiness qui ne reçoivent que 20.000 francs CFA sur 2.000.000 de francs CFA investis ? Alors qu’ils les ont laissés s’enfoncer dans ce cul de sac longtemps avant ? Le tailleur de l’histoire sur mesure Ahoussou Kouadio Jeannot sait-il qu’aucun Ivoirien, même ceux du PDCI-RDA, ne sont heureux parce que tout le monde croupit sous le poids de la misère que le régime de ses maîtres a créé depuis qu’il a été installé ? Par la duplicité, la démagogie et les jeux hypocrites, ce pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara a réussi à diviser l’armée en lui administrant des traitements différentiels. Ahoussou Kouadio Jeannot sait-il que ce corps de métier rumine son amertume contre les pratiques de ces pères nourriciers ? Le tailleur de l’histoire sur mesure, Ahoussou Kouadio Jeannot, sait-il aussi que les Ivoiriens, dans leur ensemble, boudent Paquinou 2017 parce que leurs enfants ne peuvent pas aller à l’école par faute de moyens ; parce que leurs épouses ou époux sont au chômage ; parce que leurs parents meurent dans les hôpitaux qui manquent d’équipements ; parce que les frais d’accès aux soins dans ces centres sont trop élevés ; parce que les pénuries d’eau au robinet et les coupures d’électricité sont devenues un problème de société pour eux ;  parce que le fruit de leurs efforts  est dilapidé par une coterie dans les excès de luxures ; parce que de 2011 à 2017, à la place du paradis promis par le régime solution-rébellion,  c’est l’enfer qui leur est servi ; parce que les gouvernants sont des affairistes qui tuent l’Etat et les PME auxquels ils livrent une concurrence impitoyable à travers des prête-noms ; parce que ce Paquinou 2017 portera le manteau des jeux hypocrites de ce pouvoir ? Ahoussou Kouadio Jeannot, sait-il que les Baoulé lui tourneront le talon par ce fait de forfaiture ? Ahoussou Kouadio Jeannot, ayiawé, ayiawé, ayiawé !
 

                                                                                                        Kotiwassé Boudja

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017