Afrique, la Vigne de Naboth de l’Occident

Jeudi 11 Mai 2017 - 13:01


Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Ce qui est, a été et le sera”, déclare l’illustre roi Salomon, celui à qui fut octroyée la sagesse supernaturelle. La Bible nous raconte une histoire intéressante qui a des similitudes avec celle de l’Afrique. Dans le premier livre des Rois (1 Rois 21:1-29), en effet, Naboth avait une vigne à Jizreel, à côté du palais d'Achab, roi de Samarie. Achab ordonna à Naboth: «Donne-moi ta vigne, pour que j'en fasse un jardin potager, car elle est tout près de ma maison. Je te donnerai à la place une vigne meilleure ou, si tu préfères, je te paierai sa valeur en argent. »

Mais Naboth répondit à Achab: «Que l'Éternel me garde de te donner l'héritage de mes ancêtres! » (1 Rois 21:1-3). Parce que Naboth refusa de donner au roi l’héritage de ses ancêtres , celui–ci rentra chez lui, triste et irrité. La Bible dit qu’il “se coucha sur son lit, tourna son visage contre le mur et ne mangea rien”. Sa femme, Jézabel, le voyant dans cet état, lui rappela qu’il était le roi d'Israël et promit de lui donner la vigne de Naboth. Comment comptait-elle y parvenir? Jézabel envoya un courrier, au nom de son mari qui n’était pas au courant, aux anciens et magistrats de Samarie. Elle leur dit ceci: «Proclamez un jeûne. Placez Naboth au premier rang du peuple et mettez en face de lui deux vauriens qui témoigneront contre lui en prétendant qu'il a maudit Dieu et le roi. Puis, conduisez-le à l'extérieur de la ville et lapidez-le jusqu'à ce qu'il meure.» (1 Rois 21:10). Les récipiendaires exécutèrent ses ordres à la lettre: ils proclamèrent un jeûne et placèrent Naboth au premier rang du peuple; les deux vauriens vinrent se mettre en face de lui et témoignèrent contre Naboth devant le peuple en prétendant qu'il avait maudit Dieu et le roi. Puis ils le conduisirent à l'extérieur de la ville et le lapidèrent jusqu'à ce qu'il meure. Leur mission terminée, ils envoyèrent la nouvelle à Jézabel: «Naboth a été lapidé et il est mort.» Jézabel, toute fière du succès de son opération, alla apprendre la nouvelle à son mari: «Lève-toi, prends possession de la vigne de Naboth de Jizreel, qui avait refusé de te la céder pour de l'argent. En effet, Naboth n'est plus en vie, il est mort.» Achab, tout content, prit possession de la vigne de Naboth. S’est-il inquiété de la manière dont Naboth est mort ? Bien sûr que non! Il s’est plutôt précipité pour prendre possession de sa vigne.

L’histoire de Naboth n’est-elle pas celle de l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui? Pour avoir refusé de vendre la terre de nos ancêtres aux Occidentaux, nous sommes tués, emprisonnés, faussement accusés. L’Occident joue le rôle de Jézabel lorsqu’il s’en prend à ceux d’entre nous qui, à l’exemple de Naboth, l’empêchent de piller nos richesses, en corrompant nos anciens et magistrats qui accepteront d’être complices de ses crimes. Au nom d’une pseudo-justice, il trouvera ensuite des chefs d’accusation bidon. Il placera les Naboths au premier rang du peuple et mettra, en face d’eux, des vauriens qui témoigneront contre eux en prétendant qu'ils ont maudit Dieu et le roi. Des chefs d’accusation basés sur le faux comme, par exemple, atteinte à la sûreté de l’État, outrage au chef de l’État, crimes économiques, crimes contre l’humanité, crimes contre les prisonniers de guerre, crimes contre les populations civiles, coauteur indirect des assassinats, viols et autres formes de violence sexuelle, persécution et autres actes inhumains, incitation à la haine, à la xénophobie, à la révolte militaire ; participation à un plan commun pour conserver le pouvoir, discours enflammés, charisme et talents d’orateurs ayant galvanisé des milliers de jeunes. Puis, les Naboths seront conduits à la CPI ou devant les tribunaux fantôches de leurs pays respectifs où ils seront lapidés jusqu'à ce qu'ils meurent politiquement, psychologiquement, émotionnellement, financièrement, voire physiquement. Aussitôt que la mort des Naboth est annoncée, l’Occident-Achab se lève pour descendre dans leurs vignes et en prendre possession.

 

Mais ce que les Achab de l’Occident ont oublié, c’est l’équation Dieu dont ils se targent d’avoir reçu la mission d’évangéliser l’Afrique. Pendant qu’ils se livrent au pillage, la parole de l'Éternel est adressée aux prophètes de cette génération en ces termes: «Levez-vous, descendez à la rencontre des Achabs de l’Occident qui se trouvent dans les vignes de Naboth. Vous leur annoncerez: 'Voici ce que dit l'Eternel: N'êtes-vous pas des assassins et des voleurs?' Et vous ajouterez: 'Voici ce que dit l'Eternel: À l'endroit même où les chiens ont léché le sang des Naboths, ils lècheront aussi votre propre sang.' Les Achab de l’Occident diront aux prophètes et griots: «Vous nous avez donc retrouvés, vous, nos ennemis?» Ils répondront: «Nous vous avons retrouvé parce que vous vous êtes vendus vous-mêmes pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel. Et l’Éternel dit qu’Il va faire venir le malheur sur vous. Il va balayer et exterminer tout homme qui appartient aux Achabs de l’Occident (l’oligarchie, ses multinationales, ses ONG menteuses, les hommes politiques et institutions internationales). L’Éternel va rendre vos familles pareilles à celle de Jéroboam, fils de Nebath, et à celle de Baesha, fils d'Achija, parce que vous l’avez irrité et que vous avez gravement offensé l’Afrique. L'Éternel a aussi un message pour les Jézabels, ceux et celles qui ont mis sur pied des stratégies pour tuer les Naboths, pour voler et piller l’Afrique. Il dit: 'Les chiens mangeront les Jézabels près du rempart de Jizreel. Les membres des familles des Achabs, qui ne mourront pas dans la ville, seront mangés par les chiens, et ceux et celles qui mourront dans les champs seront mangés par les oiseaux.'»

Aucun peuple ne s’est autant vendu que celui d’Occident pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel. I’Occident-Achab a agi de la manière la plus abominable en suivant les idoles des sociétés secrètes. Voilà pourquoi il est fortement conseillé aux Achabs d’aujourd’hui d’écouter la parole des prophètes et des griots africains et de faire ce que fit Achab, c’est-à-dire déchirer leur habits, se couvrir d'un sac à même la peau et jeûner, dormir avec ce sac et marcher tout lentement.

Il est temps qu’ils se repentent, arrêtent le pillage de l’Afrique, paient l’Afrique pour les dommages qu’ils lui ont infligés avec des intérêts. Il est temps qu’ils déchirent et renoncent à tous les contrats coloniaux et post-coloniaux qui leur permettent de gérer les biens et les personnes en Afrique selon leur bon vouloir. Il est temps qu’ils renoncent à leur plan commun d’une éternelle mainmise sur l’Afrique en s’assurant de maintenir les Africains divisés au travers de pseudo-guerres tribales, de coups d’État, de rébellions sanguinaires, pour augmenter la grogne sociale, manipuler les esprits mais aussi pour faire un lavage de cerveau culturel et politique afin que leur agenda mondialiste avance.

Il est temps que les Pharaons qui maintiennent l’Afrique dans un état de servitude, laissent aller l’Afrique, car le cri des Africains est parvenu jusqu’à l’Éternel qui a décidé de les sauver. L’humiliation des Achabs peut les préserver de leur vivant du malheur que Dieu a prononcé contre eux mais les générations futures n’y échapperont pas, à moins qu’elles fassent leur “mea culpa” et qu’elles ne marchent pas dans les voies iniques de leurs ancêtres car, comme Il l’a dit à Moïse dans Exode 34: 6-7: “L'Éternel, l'Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations, qui pardonne l'iniquité, la rébellion et le péché, ne tient point le coupable pour innocent, et punit l'iniquité des pères sur les enfants et sur les enfants des enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième générations!

 

Afrique, le cri du sang de tes enfants tués au fil des siècles a été entendu dans le sanctuaire divin. Ta délivrance est proche. Tiens bon car tes larmes seront bientôt séchées.

 

Muna Diba

 

Une Panafricaniste

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA