Affaire un ex-garde du corps d’Affi tué avec sa femme: Des indices accablants contre les meurtriers

Jeudi 6 Mars 2014 - 22:29


48 Heures après l’assassinat de l’ex-garde du corps du président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, l’adjudant de gendarmerie, Adjobi Grégroire et sa femme Rita, les langues commencent à se délier. Hier, aux environs de 11h, au cours de notre passage sur le lieu du drame, non loin de la cité Promogim , à la Riviéra-palmeraie, des riverains ont fait des révélations. « Il y avait deux jeunes qui étaient assis dehors sous le hangar aux environs de 8h. Mme Adjobi qui partait au travail avait oublié quelque chose chez elle. Elle est revenue après. C’est au moment d’ouvrir sa voiture que les deux jeunes l’ont accostée pour  l’enjoindre de leur remettre  son sac à main. Prise de peur, elle s’est mise à courir en direction de sa maison en appelant son mari au secours. Celui-ci, torse nu, s’est précipité à la porte. Mais, il a été cueilli à froid, d’une balle à la poitrine, par les bandits. Ces derniers ont poursuivi la femme qui était allée se réfugier chez des voisins, toujours au rez-de-chaussée où malheureusement, elle a été abattue de deux balles. Une dans son dos et l’autre dans son abdomen. Après leur crime, les malfaiteurs ont emporté la voiture et le sac à main de Mme Adjobi. Nous ne croyons pas que ce soit un simple braquage », a soutenu un riverain qui a requis l’anonymat. D’autres ont ajouté que l’infortuné couple, blessé grièvement, a rendu l’âme après son évacuation dans une clinique proche de l’immeuble, plongeant tous les résidents, des gendarmes, dans la consternation totale.  Selon des témoignages, c’est la troisième attaque perpétrée dans l’immeuble. Mais les occupants, bien qu’étant des forces de l’ordre, ne possèdent aucune arme de dotation. Pour faire face à d’éventuelles attaques à main armée. Pis, il existe un fumoir très fréquenté par les jeunes drogués du quartier qui jouxte l’immeuble. L’adjudant  Adjobi Grégoire était en service à l’Escadron de protection des hautes personnalités (Ephp) au commandement supérieur de la gendarmerie. Mme Adjobi Rita, quant à elle, est déléguée médicale et chantre dans une église évangélique. Ce couple sans histoire, selon des témoignages, a convolé en justes noces en décembre 2013. Ils laissent derrière eux, 6 enfants (3 filles, 3 garçons) inconsolables.

Eddie Ané (Stagiaire)

Source: Notre Voie N°4659 du jeudi 6 mars 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !