Affaire « les Ivoiriens retrouveront le sourire en 2014 »: Que pèsent encore les promesses de Ouattara ?

Lundi 2 Décembre 2013 - 17:00


«2014 sera l’année où nos populations retrouverons le sourire après tant de souffrances». Point besoin de se tourner les méninges pour connaître l’auteur de ces promesses qui font désormais partie du quotidien des Ivoiriens. Il s’agit d’Alassane Ouattara, le seul chef d’Etat qui gouverne avec des promesses. En campagne électorale avant terme, baptisée malicieusement visite d’Etat, le président du Rdr a remis le couvert. Il brasse les milliards sans que les populations  ne voient la moindre coupure. Chaque localité a son paquet de nouvelles promesses. Après trois ans de pouvoir, il promet le bonheur aux Ivoiriens en 2014. C’était le mardi dernier à Sakassou, au cœur du royaume baoulé. Que pèsent encore les promesses de Ouattara, trois ans après avoir annoncé les pluies de milliards qui devraient arroser toutes les régions du pays et dont les Ivoiriens n’ont pas vu une seule goutte jusque-là?  Pas un seul clou. Comment pouvait-il en être autrement quand on sait que pendant la campagne électorale de 2010, le candidat du Rdr, avait promis d’injecter plusieurs milliers de milliards dans le développement du pays avec des montants précis affectés à chaque localité ? Dans la région du Gbêkê, monsieur milliards avait prévu 310 milliards à la ville de Bouaké, contre 77 milliards pour Béoumi et 37 milliards à Sakassou. Trois ans après, ces localités détruites par la rébellion armée n’ont pas reçu un seul copeck. A l’instar de ces localités, c’est l’ensemble du pays qui attend toujours les milliards de Ouattara. Nul doute qu’au moment où la Côte d’Ivoire vit de crédits, dons et legs en provenance de pays voisins,  les ivoiriens attendront encore longtemps. Sur le plan de l’emploi, le candidat du Rdr avait prévu de créer un million d'emplois dans le secteur informel et 500 000 emplois à travers la mise en œuvre d’importants projets et programmes dans les secteurs de l'agriculture, des mines, de l'énergie, du tourisme et de l'habitat.  Trois ans après, les jeunes n’ont pas eu d’emploi en dehors de la gestion des cabines téléphoniques, et le chômage alimenté par les licenciements sur fond de rattrapage ethnique fait rage. Aux paysans, Ouattara a promis 1100 milliards dont 100 à 150 milliards par an pour l'aménagement des bas-fonds et le développement de la riziculture sur la base d'un plan national d'irrigation. Ne perdez pas surtout votre temps pour chercher à savoir si nos braves paysans qui peinent à scolariser leurs enfants ont reçu le moindre centime de ce qui leur a été promis. Dans le domaine des infrastructures, la déconvenue des Ivoiriens est aussi grande que le fossé entre le discours et les actes du chef de l’Etat. Ouattara entendait investir 2200 milliards de FCFA en 5 ans consacrés aux infrastructures routières. Il prévoyait notamment le renforcement de 5 000 km de routes bitumées, le rechargement de 25 000 km de routes en terre, la construction de routes neuves bitumées et de ponts, la rénovation et la construction de voiries urbaines et l’acquisition de matériels de transports. L’on note également dans son programme de gouvernement la construction de nouvelles autoroutes, la rénovation des aéroports de l'intérieur et la construction d'un réseau ferroviaire urbain. Trois ans après, l’on constate que les seuls travaux effectués dans le domaine des infrastructures sont ceux dont les financements avaient été acquis par le président Laurent Gbagbo auprès de la Banque Mondiale. Pour tout dire, les promesses de Ouattara n’engagent que ceux qui y croient. La preuve, trois ans après sa prise du pouvoir, la Côte d’Ivoire vit grâce à la mansuétude de voisins munificents comme le Congo de Sassou Nguesso pendant que les Ivoiriens vivent dans la misère et l’insécurité, loin de l’eldorado à eux miroité.

Jean Khalil Sella

Source : Notre Voie N°4581 du lundi 2 décembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !