Affaire effacement de la mémoire des Wê sur le site de Nahibly: Les "rats" sortent de leurs égouts. Par Martine Kéi Vao

Vendredi 20 Décembre 2013 - 08:02


Ce n’est un secret pour personne. Il y a dans ce monde, deux types de citoyens. Il y a d’une part, ceux qui estiment avoir tout reçu du peuple, de l’Etat, et qu’il est temps à leur tour de renvoyer l’ascenseur au bienfaiteur. Et d’autre part, des opportunistes dont la vocation est de vouloir se servir du peuple, d’exploiter ses souffrances afin de devenir quelqu’un, à tous les prix.


Voilà que, là où luttent certains Wè, sans arrière-pensée politicienne, afin que la Communauté Nationale et Internationale via leurs juridictions spéciales punissent les bourreaux des Wè et dédommager les victimes (camp de Nahibly), que constatons nous? Des Juda, Pilate, Pétain, refont surface en Côte d’Ivoire. Comme des rats dégoûts affamés et guidés par des besoins du ventre, ils plongent mains et bouche dans le larbinisme le plus abjecte en ramenant la question de l’ensevelissement de la mémoire des Wè  », en un problème de personne  :  «  MEAMBLY n’est impliqué ni de près ni de loin dans la construction de Logements Sociaux sur le site de NAHIBLY, encore moins dans une « Opération d’Effacement des traces du massacre des WE sur le site du camp des réfugiés à NAHIBLY »Soit. La rumeur qui courait disait bien ceci  : «  Sur des lèvres bavardes cour le nom de Evariste Méambly comme étant associé a l’opération immobilière prévue sur ce site.  »
Si le concerné lui-même ne trouve pas nécessaire de se dissocier de cette «Affaire  » et que ce sont plutôt des personnes regroupées en « DELEGATION ADHOC DU GUEMON France  » qui en éprouvent le besoin, cela nous ramène à une époque peu glorieuse du Pdci de Bédié qui avait suscité, voir créé de toute pièce son «  répondeur automatique  ».Au moment où ce parti s’attaquant à un certain Alassane Dramane Ouattara via la politique de l’  «  Ivoirité  », décida de répondre du tac au tac, à toutes critiques ne le caressant pas dans le sens du poil. L’histoire retient que ces avocats auto proclamés du sieur Konan Bédié, ont fait suffisamment de mal au pays. Les «  répondeurs automatiques  » ou avocats du diable, comme des moutons de panurge ont une fin identique. Ceux à la solde de Meambly ne semblent pas avoir retenu les leçons de l’histoire de notre pays. Puisqu’ils remettent le couvert en transformant une question de fonds et de principe, en «  Débat de Personne  ». Ramenons les choses à leur juste proportion.
Pour éclairage. Question essentielle  : Le régime d’Abidjan va-t-il oui ou non construire des logements sociaux sur le site de Nahibly, là où des suppôts du pouvoir ont fait disparaitre de façon sanglante des centaines de Wè  ? Pourquoi ce genre d’opération immobilière sur un site qui n’a pas encore livré tous ses secrets  ? Un espace qui à la vérité, rappelle à toutes fins utiles, les atrocités contre un peuple et l’impunité encouragée par les tenants du pouvoir vis-à-vis de leurs cerbères qui se sont lancés dans cette croisade contre de soi-disant pro-Gbagbo, alors même que les joutes électorales avaient pris fin  ? Pourquoi le pouvoir et les promoteurs immobiliers visent ce site et non un autre espace à l’Ouest si tant est qu’ils tiennent au social dans le Grand Ouest du pays  ? (Duékoué).
Même en Europe, après le nazisme, certains camps de torture et d’extermination ont été conservés comme lieu de mémoire (de l’histoire). Pour signifier aux générations avenir  :  «  Plus jamais ça  »  ! Pourquoi en serait-il autrement en Côte d’Ivoire, là où les défenseurs du projet de construction immobilière sur le site de Nahibly restent pourtant dubitatifs sur des questions aussi essentielles que le bouclage de l’enquête  : «  Selon la gendarmerie, l’enquête liée à la destruction du site de NAHIBLY le 20 Juillet 2012 serait bouclée depuis longtemps, les parents et toutes les victimes auraient été entendus, la procédure serait bouclée et les conclusions du rapport déposées auprès du procureur de la République de MAN, qui lui à son tour aurait convoqué les parents des victimes pour compléter l’enquête. Des ONG des droits de l’homme tel que AMNESTY INTERNATIONAL ont mené des investigations sur le site et un rapport est sorti en février dernier.»
Comment voulez-vous que nos parents du Guemon vous prennent au sérieux quand, alors même qu’ils n’ont pas de suite des plaintes déposées contre leurs agresseurs et l’issue du dédommagement attendu, vous les invités à effacer toutes traces de massacres des leurs de leur mémoire endolorie par cette formule lapidaire  : «Les problèmes du GUEMON ne sont pas une fatalité. Nous pouvons résolument tourner la page de cette partie dramatique de l’histoire du GUEMON et du GRAND OUEST».
Ah, c’est donc ainsi que vous voulez tourner la page  ! Vous qui refusez d’associer vos noms et vos efforts à la reconnaissance de leur droit  ? (Nous y reviendrons largement).
Nous avons décidé depuis longtemps d’inscrire nos actions dans le cadre de l’humanitaire. Alors, je ne vais pas vous suivre dans vos envolées lyriques et oniriques tendant à voir partout des adversaires politiques. Vous qui, on ne sait trop par quelle alchimie, tracez le portrait robot du bon «  Leader Politique  » qui, par extraordinaire, a des qualités qui se retrouvent chez celui pour le compte duquel vous plongez votre plume fétide dans le sang encore frais des nôtres. De grâce, frères  ! Un peu de décence, de pudeur  !
Pour votre gouverne tout comme pour éclairer la lanterne de vos mandants, sachez ceci à propos de l’association légalement constituée en France et au nom de laquelle je prends ici la parole.
Tout d’abord, vous indiquez que  « l’Ardefe dénonce la complicité d’Evariste par le biais de Martine KEI VAO qui se présente comme Présidente de cette Association.  »Quelle mauvaise foi  ! Pourquoi vouloir toujours semer le doute dans les esprits  ?
1/L'Ardef-e est une Association régie par la loi de Juillet 1901. Elle a été créée en Février 2010 par les Ressortissants de Duékoué vivant en France pour venir en aide aux populations (traumatisées de l'Ouest ivoirien, sans distinction de nationalité, d'ethnie ou appartenance politique. Au départ, cette cohésion s’effectuait entre les femmes dudit département en France au sein de l’Ong Cri de Cœur depuis 2003 dont je fus Secrétaire Générale durant 6 ans et dans le même esprit. Compte tenu des actions que nous avons menées sur le terrain conformément aux objectifs de cette Ong, les doyens nous ont approchées et ont   proposé que les hommes aussi se joignent à nous, afin de conjuguer ensemble nos efforts pour le bien-être des nôtres.


Ainsi, en Février 2010 des élections ont été organisées par leurs soins et j’ai été élue et investie en date du 2 Mai 2010 à cet effet à la tête (de l'Ardef-e pour une durée de 3 ans, renouvelable une fois, (Photo d’accueil sur mon Facebook) et Monsieur Eugène FIE fut l’un de mes Vice-Présidents. Le 7 Décembre dernier, mon mandat été reconduit au cours de l’Assemblée Générale tenue à cet effet au 2 bis, Rue Guenegaud dans le 6è Arrondissement de Paris, conformément à l’Article 13 de nos Statuts, faute de candidature conforme audit article ci-après  :


ARTICLE 13: LE PRÉSIDENT

(Le Président est élu au suffrage universel direct à la majorité absolue à deux tours en Assemblée Générale, pour une durée de 3 ans renouvelable une fois. Est éligible, tout ressortissant de Duékoué ayant reconnu les présents statuts et ayant participé aux activités de l’Association et à jour de ses cotisations. Il convoque les assemblées générales et le bureau. Il est l’ordonnateur des dépenses de fonctionnement et des dépenses exceptionnelles inférieures à 1.000€. Il représente l’Association dans tous les  actes de la vie civile. Il est habilité à ester en justice. En cas d’urgence, il décide au nom de l’Association, après accord du bureau exécutif, des actions devant les juridictions, tant en demande qu’en défense.)

En 2003, CRI DE CŒUR, avait distribué des colis alimentaires, des vêtements et des médicaments aux populations de toutes les régions assiégées de l’Ouest. Un an après, au mois de Février 2004, ayant évalué sur le terrain les besoins de première nécessité, nous avons affrété pour l’Hôpital de Duékoué, un container de 40 pieds rempli de matériel médical (lits, matelas, fauteuils roulants, fauteuils roulants pour handicapés, tables d’opération et d’accouchements et autres) de médicaments, vêtements et draps de lits et doté l’hôpital d’une ambulance médicalisée d’une valeur de 15.000 € en 2006.

Dans le but d’apporter une aide plus concrète aux populations rurales tant sur le plan social, sanitaire, économique, éducatif et culturel, par des actions concertées avec les communautés sur le terrain, pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs respectifs, l’Ardefe   m’avait envoyée faire un état des lieux à Duékoué en août 2010.

Pour ce faire, les responsables du Bureau Exécutif, sous l’égide du doyen Robert Tohé, avaient mis en commun des moyens financiers afin d’organiser un déjeuner-débat à Duékoué. A cet effet, tous les villages du département, 52  au total, y ont été conviés et 46 ont favorablement répondu à cet appel le 21 Août 2010. Nous avions prévu au départ 3 représentants par village sur la base des 52, mais j’ai été agréablement surprise, tellement notre geste fut apprécié de tous, y compris les allogènes. Au cours de nos échanges, j’ai constaté que les besoins des populations sont nombreux et identiques, comme dans beaucoup de pays après la guerre.


De retour à Paris, j’ai engagé des démarches auprès des organismes afin de nous procurer du matériel sanitaire, des médicaments et à prendre en charge la logistique. Ce projet nous permettrait, après les élections d’équiper les 20 dispensaires et hôpital du département (lits et matelas, scanner, matériel de dialyse, fauteuil dentaire, radios, divers équipements).

Malheureusement, ces élections que tous, espérions qu’elles mettraient fin à 9 ans de ni paix, ni guerre, ont tourné au drame que nous connaissons. Ce matériel est stocké aujourd’hui dans nos différentes caves.

Toujours dans le cadre de mes attributions en qualité de Présidente selon l’article 13 de nos Textes, l’Ardefe a donc répondu par ma voix à l’appel à témoins lancé par la CPI en Juin 2011. Les actions que nous avons menées en déposant des témoignages auprès de la Cour Internationale de Justice à la Haye qui devraient permettre d’éclairer la gouverne du plus grand nombre de personnes et encourager la prise de décisions (au plan national ou international) au profit des victimes afin que tous les acteurs du génocide des Wè, identifiés par les organisations internationales et même L’ONU, soient poursuivis et punis par les juridictions de droit commun et que réparation soit faite pour les victimes, n’ont pas recueilli votre adhésion. Vous vous êtes désolidarisés de l’Ardef-e en créant (Perspectives Nouvelles de Duékoué) «  PND  » qui a démarché le Président du Guémon pour en être sa représentation en Europe. Ce qui est tout à fait votre droit.

Les autres membres de l’Ardefe mobilisés pour la cause des Nôtres depuis les événements post-électoraux et surtout ceux du camp de Nahibly, ont engagé les services d’un cabinet d’avocat pour déposer une plainte aussi bien en France qu’à la CPI, contre l’Etat de Côte d’Ivoire dont la vocation première est d’assurer la sécurité de tous les citoyens sur l’étendue du territoire national. Cette cause a eu un écho défavorable auprès des membres de PND car selon vous, cela implique «Etre Pro-Gbagbo». Je rame depuis Juillet 2012 contre vents et marrées afin de continuer à expliquer (à travers des fora), pour informer les uns et les autres sur le but que nous poursuivons et cela me vaut des incompréhensions, des injures et parfois des menace de votre part parce que ces actions déstabiliseraient vos intérêts politiques alors qu’il s’agit de sauver notre peuple qui est en voie de disparition si rien n’est fait et maintenant.

Selon vous, le conflit foncier entre les Wé et les colons venus d'autres régions de Cote d'ivoire ou d'autres pays africains serait du fait de certains "Guérés qui ont vendu leurs terres et forêts aux allogènes depuis des générations qui se retrouvent dans une logique de lutte pour leur récupération et qu’il est normal qu’on les tue.
 
Pourtant, tous les ethnologues qui ont étudié le foncier savent que cette question est beaucoup plus complexe dans la mesure où aucun peuple de Côte d'ivoire, y compris au Nord, n'accepte que la terre ancestrale soit vendue à des non autochtones. Il s'agit toujours de contrat de location de terres  passé avec les autorités coutumières autochtones. Ces baux sont restés longtemps symboliques. Dans les années 60-70, il était encore possible d'obtenir une terre contre une bouteille de Gin et un casier de bière pour le chef.
 
Rappelons également que toutes les autorités administratives militaires et paramilitaires affectées à dessein à la tête des circonscriptions et départements Wê (Préfet, Sous-préfet, Commandant de Brigade, Commissaires de police…) sont toutes acquises au respect et à l’application du slogan politique du «  Rattrapage  » érigé en système de fonctionnement en Côte d’Ivoire sous Ouattara.

Je comprends votre haine à mon égard, mais vouloir me faire passer pour une Usurpatrice à la tête de l’Ardef-e pour des fins personnelles serait un manquement grave à la cohésion au sein de notre communauté.

    2/Le Site de Nahibly

Concernant ce site de Nahibly et des douloureux évènements qui y sont passés et que vous décrivez comme «  Des détails  », permettez-moi de rappeler encore une fois ceci  :

La FIDH et Amnesty International ont publié chacune un rapport qui permet de confirmer les informations données par les sources Wé sur les circonstances du massacre de Nahibly.

Selon Amnesty International, l’attaque contre le camp “ est intervenue dans un contexte de stigmatisation croissante des personnes déplacées de la part aussi bien des autorités politiques et militaires locales que de certaines franges de la populations

Nul ne pouvait ignorer que les autorités et les milices étaient décidées à fermer les camps puisque le préfet de la ville avait fait des déclarations en ce sens en mars 2012. Le chef militaire de Duékoué, le lieutenant Koné Daouda dit Konda avait abondé dans le même sens : « Nous n’allons pas rester les bras croisés pendant longtemps. Il faut que le site soit fermé pour éviter qu’il ne devienne le nid de malfaiteurs », a-t-il dit.

Les militaires et les milices ethniques malinké “dozos” ont procédé aux exécutions dans le camp, aux alentours et plus tard en brousse. “Dans ce chaos, les hommes, qui sont particulièrement ciblés, tentent de fuir. Certains par l’arrière du camp, d’autres par l’entrée principale. Ceux qui tentent de fuir par l’arrière du camp semblent avoir été abattus par les Dozos et peut-être des FRCI qui encerclaient le camp. Un témoin atteste qu’au moins 7 personnes auraient été tuées dans les taillis à l’arrière du camp. L’UNPOL et l’ONUCI ont bien tenté de ratisser la zone après les faits, mais « ils ont essuyé des tirs à ce moment, et n’ont pas pu accéder à la zone pendant les 7 jours qui ont suivi » affirme une source interne. Lorsqu’ils ont pu enfin se rendre à l’arrière du camp, « plus aucun corps n’était présent », déclare, amère, ce témoin des événements.

Pendant ce temps, le sort des hommes qui tentaient de fuir par l’entrée principale du camp n’est pas meilleur : bastonnés et poursuivis, certains sont arrêtés par des éléments des FRCI ” selon le FIDH. Les personnes arrêtés disparaîtront définitivement pour la plus part et une femme subira un viol collectif par les FRCI. De nombreux témoignages font état de cadavres emportés, ce qui enlève tout caractère spontané à l’événement.

Plusieurs sources ont également indiqué à Amnesty International que, dans les semaines qui ont précédé l’attaque, il était devenu très courant d’entendre parler de la nécessité de faire « disparaître le camp.

Un témoin permettra la découverte d’une dizaine de puits contenant les corps de victimes des massacres. Un seul sera fouillé, il contenait 6 corps. Les autres seront laissés en l’état “pour préserver les preuves”.

Depuis le début du conflit en Cote d’ivoire, environ 30.000 personnes autochtones d’ethnie Wé ont été tuées par les forces favorables au Président actuel, selon le Comité de sauvegarde du patrimoine foncier Wé. Cette source évalue à 230 tués l’attaque du camp de déplacés de l’ONU de Nahibly par les milices ethniques FRCI et dozos le 20 juillet 2012.

Combien sont-ils les auteurs de ces crimes odieux que le pouvoir d’Abidjan que vous applaudissez à tout rompre, a fait passer devant les juridictions nationales ou internationales pour répondre de leurs actes  ? Nada  ! Pourtant  ! Ils sont bien connus. Que font les leaders politiques de notre région afin d’amener les autorités du pays à ne pas donner l’impression de cultiver l’impunité  ? Silence radio  ! Alors, parlons de l’intérêt général, celui du Guemon.  sans nous attarder sur le cas d’un élu qui somme toute, jouera sa partition comme beaucoup avant lui avant de quitter le plancher. Tant mieux s’il laisse des traces indélébiles positives de son mandat dans le cœur des nôtres. C’est notre prière. Au delà de sa personne, nous sommes plus concernés par le vécu, la situation de la masse des sans voix, appauvrie, délestée du minimum vitale, avec la complicité le plus souvent, de leurs propres enfants dont les arrières pensées électoralistes sont aux antipodes des vertus du politiquement correct. Rappelons simplement, juste pour l’histoire, quelques traces que l’honorable élu est entrain de laisser sur son passage  :

Comme vous pouvez le constater chers Frères, ce dont il s’agit ici dépasse de très loin les petits calculs mesquins. Il s’agit de la Mémoire des Disparus et de surcroit nos «PARENTS» à préserver. Cet endroit doit être pour nous un lieu de Recueillement, un pan de notre histoire. Nous nous devrions d’y construire un Monument sur lequel figureront les noms de toutes victimes. Il y a tellement d’autres endroits dans le Guémon pour des opérations de développement que cette place de Nahibly. Mon souci n’est pas de savoir à quelle Dynastie appartient ce site comme l’indiquent les uns et les autres.

C’est très gentil à vous de vouloir défendre bec et ongle l’honneur d’Evariste Méambly, Président du Conseil Général du Guémon pour l’avoir démarché aux fins de vous confier sa Représentation en Europe. A toutes fins utiles, permettez-moi de vous présenter les attributions d’un Conseil Général :

Au sens strict, le conseil Général est l’assemblée délibérante de la Région en tant que Collectivité territoriale, Structure Administrative, distincte de l’Administration de l’État, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis, en l’espèce (Le Guémon). Depuis la loi de Décentralisation, il est le Processus consistant pour l’Etat à transférer au profit des collectivités territoriales certaines compétences et les ressources correspondantes.

Le Conseil Général   règle par ses délibérations la Région», en particulier la création des services publics régionaux, la gestion des biens de la Région et son Budget. Les attributions du Conseils Régional impliquent son information sur toutes les «Affaires de la Région qui font l’objet d’une délibération

Le Président du Conseil Régional est donc l’organe exécutif de la Région. Le président du conseil régional est le chef des services de la Région. Il peut cependant disposer, en cas de besoin, des services déconcentrés de l’État.

Le président gère le domaine de la région. Il dispose ainsi de pouvoirs de police particuliers, notamment en matière de circulation et de sécurité des citoyens. Il dirige l’Administration Régionale, met en œuvre et applique les décisions de l'Assemblée régionale . Ainsi il  :
exécute les décisions budgétaires
représente la Région en justice
dirige les services régionaux
gère le patrimoine et le domaine régional
passe et signe des contrats et des conventions au nom de la Région.

Les Domaines de compétence du Conseil Général  :

Le Conseil Général s’est vu attribuer un certain nombre de compétences par les lois de décentralisation touchant de près l’intérêt des citoyens. Les domaines d’action du Conseil Général sont donc les suivants  :

L’action sociale
Aide à l’enfance
Protection maternelle et infantile
Politiques en faveur des personnes handicapées et des personnes âgées

Service social
Prévention sanitaire
Insertion des personnes en difficulté

L’éducation
Construction, équipement et fonctionnement des collèges

L’économie et le développement local
Aide à la création ou maintien d’entreprises
Aides au niveau de l’agriculture

Les transports
Organisation et gestion des transports scolaires
Organisation des transports de voyageurs

La culture
Conservation des Archives Régionales
Promotion du livre et de la lecture

La voirie
Aménagement et entretien de la voirie régionale
Interventions par rapport au réseau national et communal, dans le cadre de Contrats Etat-Région

Les Services d’Incendie et de Secours
Contribution aux dépenses des Services d’Incendies et de Secours.

L’environnement
Etablissement d’itinéraires de promenades et de randonnées,
Préservation des espaces verts, sauvegarde des ressources naturelles,
Gestion de l’eau, aménagement des rivières

Le sport
Soutien aux initiatives locales (clubs, associations, équipements sportifs communaux...)

Le tourisme
Aide aux investissements touristiques et à la promotion touristique de la région

L’aide aux communes
Soutien aux initiatives communales concernant les constructions de bâtiments, la voirie communale, l’assainissement, les ordures ménagères, les équipements sportifs...

Si malgré tous ses pouvoirs dont il jouit, notre Président n’est ni au courant, ni impliqué, ni associé, alors, je m’interroge  : Quelle est donc l’utilité d’avoir un Président du Conseil.  ? A quelle destinée sommes-nous voués désormais  ? Pourquoi notre Président est-il muet devant un ce désastre  ? A quelle mission est-il assigné que celle qui consiste à préserver notre Patrimoine  ?

Compte tenu de ses attributions dans notre Région, j’Insiste, je Persiste et je Signe que Evariste Meambly est Responsable et Complice de ce qui se trame en ce moment pour faire disparaitre les traces du Massacre de nos parents en plein jour devant le monde entier par Dramane Ouattara et ses sbires et de Repeupler cet espace par de nouveaux Colons puisqu’une Opération Immobilière est à la disposition de tous.

Comme vous le savez, nos populations ont été meurtries durant ces années de crise. Elles garderont pour certaines pendant longtemps les stigmates de ce conflit. Par conséquent, nourrir des ambitions personnelles, pour intervenir auprès des siens, serait un sacrilège. La politique, telle qu’elle est pratiquée, a conduit le pays au désastre que nous subissons aujourd’hui.

A la vérité c'est le statut quo à l’Ouest. La réplique des réfugiés au Libéria faite à Ouattara montre bien que rien n'a changé au pays. Les étrangers sont toujours dans les réserves et parcs nationaux, dans les plantations des populations, occupent toujours des domaines privés, les terres et profanent les lieux sacrés puisque «  armés jusqu'aux dents.  »

C'est à dire que les alliés de Dramane Ouattara qui bénéficient d'une impunité insultante, peuvent violer des filles vierges ou pas, leur trancher la gorge les mains liées dans le dos comme on vient de le découvrir hier à Duékoué, les humilier en plein jour comme le cas de la fille dans la vidéo à la gare routière, contaminer du VIH Sida. Ils peuvent arracher des biens mobiliers ou immobiliers aux Wê, peuple considéré par le régime du "Rattrapage" comme la mauvaise tribu, celle qui a osé soutenir pour la plus part, Laurent Gbagbo, l'ennemi à punir ou à tuer malgré les récriminations des ONG, des Organisations de défenses des Droits de l'Hommes, Ouattara se balade sur les médias pour dire tout va bien et qu'il mène des enquêtes sur les crimes de Nahibly par exemple.

Pourtant, ce dernier rit tranquillement des victimes en poursuivant sa chasse aux populations qui ne partagent pas son opinion et qu'il désigne comme "Pro-Gbagbo" et tu deviens un chien atteint de rage, donc prêt à être jeté dans la crémaillère ou dans les prisons ou goulags du Nord au mépris du respect de procédures judiciaires

Pour vous qui continuez de croire que Ouattara tient ses promesses comme Monsieur FIE l’avait déclaré à Duékoué lors de la visite officielle de Dramane, je vous pose une question Quels sont les coupables  mis aux arrêts suite aux affaires "Nahibly" que vous avez déclarées «  Bouclées  »  ?



                                        Martine KEI VAO
                                    Présidente de l’Ardef-e




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !