Affaire Tiburce Koffi: La France reconnait la dictature du régime Ouattara et devra en tirer les conséquences.

Samedi 6 Juin 2015 - 04:00


Tiburce Koffi est depuis plusieurs mois en rupture politique avec le RHDP ( Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix), groupement de partis politiques qui ont constamment soutenu la rébellion armée qui a attaqué la Côte d'Ivoire le 19 septembre 2002 et consacré pendant 8 années la partition du pays. Tiburce Koffi avait battu campagne pour l'avènement du RHDP au pouvoir, avant de réaliser plus tard qu'il s'était trompé. A la suite de l'appel de Daoukro, expression de la décision de Henri Konan Bédié de faire de OUATTARA le Candidat unique du RHDP, Turbice Koffi s'était insurgé, à travers un livre, contre cette décision qu'il a jugé antidémocratique et incongrue. Ce livre lui a valu la perte de son poste de Directeur de l'INSAAC(Institut National Supérieur des Arts et de l' Action culturelle), pendant qu'il se trouvait à l'extérieur du pays. Pendant ce temps, l'écrivain avait reçu, selon lui, de sérieuses menaces qui l'empêchent depuis lors de retourner au pays. C'est dans cet atmosphère que Tiburce Koffi a décidé de faire le tour des médias français pour dénoncer la dictature régnante en Côte d'Ivoire et manifester à la fois son antipathie pour Alassane Dramane Ouattara et sa sympathie retrouvée de Laurent Gbagbo qu'il appelle son ami, son frère. L'écrivain est profondément choqué et scandalisé par ce manque de liberté de penser et d'expression sous ce régime qu'il a soutenu contre Laurent Gbagbo défenseur de ces libertés.
Turbice Koffi, malgré tout l'amour qu'il a pour son pays ne veut visiblement pas prendre le risque d'y retourner sans avoir eu au préalable quelques garanties sécuritaires. Car il craint désormais pour sa vie.
La France vient de lui donner raison depuis hier en lui proposant l'asile politique. Cette proposition serait survenue au cours d'une mésaventure que l'homme a vécu à l'aéroport Roissy Charles de Gaules de Paris. Un problème de visa soulevé par la police des frontières. Problème qui en réalité n'existe pas, selon le concerné, mais qui serait le fruit d'une incompréhension. Dans tous les cas, Tiburce Koffi, avons nous appris, a échappé à un rapatriement en Côte d'Ivoire où il est persona non grata. Maintenu pendant des heures par la police des frontières, l'homme doit son salut à un coup de fil du Ministère français des affaires étrangères. Son réseau à lui a bien fonctionné dans cette difficulté où il se trouvait. Ordre à donc été donné de le libérer, ce qui fut fait immédiatement. Mieux les autorités françaises ont proposé à Tiburce Koffi de faire une demande d'asile politique. Cette proposition signifie que la France reconnaît implicitement que la Côte d'Ivoire est sous une dictature. Le cas Turbice Koffi n'est pas isolé mais est très significatif par l' intervention directe du Ministère français des Affaires étrangères. Car il faut noter que plusieurs ivoiriens dont des personnalités et des artistes continuent de bénéficier du statut de réfugié politique en France depuis l'avènement au pouvoir d'Alassane Ouattara. La France devra donc tirer toutes les conséquences de sa reconnaissance implicite de la dictature régnante en Côte d'Ivoire, s'il est vrai que François Hollande est opposé à ces dictatures africaines comme il le laisse entendre à certaines occasions.

Bobia Polinovici





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !