Affaire Simone Gbagbo: Rebondissement à la CPI

Mercredi 25 Septembre 2013 - 07:37


Affaire Simone Gbagbo:  Rebondissement à la CPI
Le gouvernement a adressé – enfin – une fin de non recevoir au mandat d’arrêt de la Cpi contre Mme Simone Gbagbo.  En présentant une requête en irrecevabilité, visant à surseoir à l’exécution du mandat d’arrêt émis par la CPI le 29 février 2012.  Cette décision, selon le gouvernement Ouattara «vise à faire juger Mme Gbagbo en Côte d’Ivoire par les juridictions ivoiriennes, qui sont aujourd’hui réhabilitées et à même de lui faire un procès juste et équitable, garantissant les droits de la défense». Cependant, la Cpi n’entend pas les choses de cette oreille pour l’heure. Interrogé par Le Nouveau Courrier, le porte-parole de la CPI, Fadi El Abdallah, a réagi à cette décision du gouvernement Ouattara. «Le gouvernement ivoirien peut soulever une exception d’irrecevabilité, sur la base du principe de complémentarité entre la CPI et les autorités judiciaires nationales. Il reviendra dans ce cas aux juges de la CPI d’examiner si toutes les conditions sont réunies et notamment si les tribunaux nationaux ont la capacité et la volonté pour mener des poursuites sérieuses contre le même suspect et pour les mêmes faits allégués devant la CPI. Après examen des observations de toutes les parties et les participants, les juges de la CPI décideront si l’affaire continuera ou non devant la CPI», a-t-il confié au Nouveau Courrier. En tout cas, la Cpi semble douter de la compétence de la justice ivoirienne sous Ouattara à offrir un procès équitable. C’est pourquoi, la juridiction a demandé au régime Ouattara de prouver qu'il est en mesure de «mener des poursuites sérieuses» contre l'ex-Première Dame, Simone Ehivet Gbagbo. Si la Cour pénale internationale elle-même doute de la justice des vainqueurs, à quoi devrait-on s’attendre lors des procès contre Mme Gbagbo et les autres personnalités politiques devant la justice ivoirienne aux ordres du régime Ouattara ? Néanmoins, la Cpi tient à préciser que cette requête d’irrecevabilité opposée par le gouvernement ivoirien ne concerne que le dossier lié à Mme Simone Gbagbo et n’a aucune incidence sur les autres affaires. «Ceci (la requête d’irrecevabilité du gouvernement ivoirien, ndlr) serait lié seulement à l’affaire dans laquelle une telle exception serait soulevée, et n’a aucune incidence sur les autres affaires ni sur les enquêtes que le Bureau du Procureur continuent de mener », a précisé au Nouveau Courrier, le porte-parole de la Cpi.

Frank Toti

Le Nouveau Courrier N° 886 Du Mardi 24 Septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !