Affaire « Lucky Luke, le pauvre cow-boy solitaire »/ Sangaré-Koulibaly : Les dessous d’une «pique» qui fait mal

Le «gardien du temple» du FPI a prononcé quelques mots qui suscitent l’ire de Mamadou Koulibaly et de ses proches. En réalité, au-delà de l’actualité, un désaccord politique de fond oppose les deux hommes. Et il date de la période d’avant la présidentielle de 2010.

Lundi 9 Septembre 2013 - 01:11


Affaire « Lucky Luke, le  pauvre cow-boy solitaire »/ Sangaré-Koulibaly : Les dessous d’une «pique» qui fait mal
La réponse est venue un peu tard, mais elle est venue quand même. Par la voix de Benson De Gnacabi, délégué national à la Communication, LIDER, le parti de Mamadou Koulibaly, a répondu au discours de «cadrage politique» prononcé samedi 31 août dernier par Aboudrahmane Sangaré, le premier vice-président du FPI. Il faut s’en convaincre. Même s’il n’a pas été cité une seule fois, l’ancien président de l’Assemblée nationale s’est senti manifestement visé par une des «sentences» du «gardien du temple» du parti à la rose. «Si par extraordinaire, l’un de nous a l’outrecuidance de transgresser les principes et idéaux qui nous rassemblent, alors les militants du FPI comme un seul homme se détourneront de lui. Et le profanateur, privé de ses vivats et des vivats des militants, finira comme Lucky Luke, ce pauvre cow-boy solitaire», avait en effet tenu à dire Sangaré. Il ne faisait de toute façon que répéter publiquement un «axiome» qu’il avait communiqué à ses camarades lors de la première visite qu’ils lui avaient rendue, après son transfert des «goulags» du Nord à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA). Pourquoi le président de LIDER vit-il aussi mal les «piques» de l’ex-camarade Sangaré, véritable alter ego de Gbagbo, qui a participé, après l’arrivée au pouvoir d’octobre 2000, à la mise en orbite des deux principaux «héritiers » que sont Pascal Affi N’Guessan (positionné à la Primature et à la tête du parti) et Mamadou Koulibaly (à qui le per choir a été offert, en même temps que le rôle de «rempart constitutionnel» en cas de vacance du pouvoir) ? Parce qu’il y a un passif entre eux, qui date des mois tourmentés qui ont précédé le scrutin présidentiel heurté de 2010 et la guerre post-électorale. «Vieux sage» de la galaxie Gbagbo, Sangaré a toujours considéré que son rôle était d’unifier les différentes chapelles divisées par des ambitions contraires. Dans le cadre de la campagne électorale, il doit faire s’accorder deux pôles : le parti (FPI) et la direction nationale de campagne, dirigée par Issa Malick Coulibaly, personnalité de la société civile. Son autorité fait que c’est à lui qu’est confié le sort du «village électoral». Pour diriger dans les faits cet outil majeur de campagne, Sangaré pense à Koulibaly. Ce dernier a supervisé avec talent le Comité scientifique qui a coordonné les débats lors de la dernière Fête de la liberté. Par la suite, le «jeune premier» a engagé un «duel sanglant» avec Désiré Tagro, qu’il a accusé d’un certain nombre d’actes de mauvaise gouvernance dans l’organisation du concours d’entrée à l’Ecole de police. Une lutte qui a déchiré le parti à un moment jugé «inopportun» par Sangaré. Qui tient tout de même à remettre dans le jeu le trublion du parti, qu’il sait brillant. Le «village électoral» sera l’outil par excellence, estime Sangaré. Mais coup de tonnerre : après avoir accepté de le diriger, Koulibaly démissionne brusquement, en pleins travaux, après avoir murmuré quelques mots vite dits à l’oreille du premier vice-président du parti. C’en est trop ! La religion de Sangaré est faite : Koulibaly est un indiscipliné notoire ! Par dépit, Sangaré choisit Ouraga Obou, militant considéré comme «tanguant», pour diriger le Village électoral. Par la suite, le même Koulibaly, choisi par la Direction nationale de campagne pour croiser le fer avec les «économistes» du RHDP avant le second tour de l’élection, choisit d’aller au front avec à ses côtés le député de Yopougon Williams Attéby, alors qu’un autre cadre avait été pressenti. Sa condition est acceptée volontiers, dans la mesure où il a une vraie complicité avec Attéby – ce qui se voit dans le débat, où les deux complices écrasent les débatteurs du RHDP. Mais par la suite, il fait le «forcing  pour empêcher Charles Blé Goudé et Konaté Navigué (alors collaborateur de Désiré Tagro) de débattre contre les représentants de la jeunesse pro- Ouattara. Ils ne sont pas des exemples, clame Koulibaly, qui propose deux de ses proches à lui, dont les noms sont même faxés à la RTI par le Conseil national de la communication et de l’audiovisuel (CNCA), avant un rétropédalage de dernière minute qui rétablit le choix antérieur. Koulibaly se vexe, et file au Ghana dès qu’il peut. Puis il s’essaie à une «médiation neutre» entre «les deux présidents» Gbagbo et Ouattara. Et revient en lumière après le 11 avril 2011 ! Si les propos de Sangaré provoquent un tel tollé au sein de la maison LIDER, c’est parce qu’ils surviennent comme une sorte de «verdict» qui marque l’échec de la stratégie choisie par Koulibaly depuis l’avènement brutal de Ouattara au pouvoir. Koulibaly s’est fait le chantre de la « dégbagbo-isation » du FPI et plus généralement de l’opposition ivoirienne. Il a lamentablement échoué. Mis en minorité au sein du FPI, il a créé LIDER, qui n’est pas parvenu, en dépit des déclarations du début, à débaucher des cadres ou élus du FPI. Pire : un grand nombre de membres fondateurs de ce parti, proches parmi les proches de Koulibaly, ont pris leurs distances voire carrément démissionné. Mamadou Koulibaly est allé aux élections législatives à Koumassi. Député sortant, il n’a pas eu 3% des suffrages. La sortie de prison de Pascal Affi N’Guessan et des autres figures de proue incarnant un FPI fidèle à Gbagbo rétrécit plus que jamais l’espace politique de l’ex numéro deux de l’Etat ivoirien. Pour lui, qui a été longtemps habitué aux «vivats» de la base, c’est plus que jamais le temps de la traversée du désert. C’est cette réalité que la subtile «pique» de Sangaré rappelle à Koulibaly.

Par Philippe Brou
Le Nouveau Courrier N° 872 Du Samedi 07 au Dimanche 08 Septembre 2013

                                                                          




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !