Adresse solennelle à la communauté du nord par mme Bamba Massany, Ex-député à l’Assemblée Nationale

CIVOX.NET
Samedi 14 Mai 2016 - 22:38



Au regard de l'évolution de l'actualité avec les procès qui se déroulent ici en Côte d'Ivoire comme à la Haye, avec les chefs d'accusation standards de ‘’crimes contre l'humanité’’, je viens à nouveau interpeller ma communauté d’origine, celle du Nord, sur  le grave danger qui plane sur notre pays par rapport au clivage artificiel et forcé que les tenants de l’actuel pouvoir et leurs parrains entretiennent entre les ‘’Nordistes’’ et les autres communautés de la Côte d'Ivoire. 

Pour rappel, tout le monde sait dans ce pays et même à l’étranger la manière dont des personnes non originaires de la région nord du pays et non musulmanes ont été chassées, violentées, mutilées, violées, égorgées en 2002, dans la partie septentrionale de la Côte d'Ivoire par la rébellion venue du Burkina Faso. En 2011, le Président Gbagbo a été renversé par l'armée française de Nicolas Sarkozy collaborant en cela avec l’ONUCI en appui à une coalition d'hommes armés venus de certains  pays de la sous-région. Les partisans du président Laurent Gbagbo ont été tués, traqués, spoliés. Ils continuent de vivre le martyr. Notre pays n’avait jamais connu cette forme de barbarie et de violence. Et depuis, les ivoiriens ne s'en remettent pas. Ils sont divisés et meurtris en prison ou en exil.

Avec la politique du ‘’rattrapage ethnique’’ qui veuille que seuls les originaires du Nord et les musulmans aient droit à la vie citoyenne, l’opinion publique est désormais convaincue de la citoyenneté à double vitesse. La discrimination opérée contre des hommes et des femmes, exclus de la vie sociale, politique, administrative et économique pour la seule raison qu'ils ne sont pas musulmans et ressortissants du Nord met en péril l’avenir du pays et plus gravement celui de nous, originaires du Nord et membres de la communauté musulmane. 

Face à ce sombre tableau, je m'interroge avec anxiété sur le silence de la grande majorité de cette communauté du Nord,  sur l'indifférence totale des chefs coutumiers et traditionnels, garants de la sagesse séculaire de notre région. Pourtant, ils n'approuvent  pas cette  mauvaise politique menée en leurs noms, simple prétexte pour assouvir un destin funeste et personnel. Chers parents, aussi vrai que ‘’qui ne dit mot consent’’, votre silence face à ces pratiques a valeur d’approbation et d’accord implicite, faisant de vous des futurs coupables. 

Le procès du Président Gbagbo qui se tient à la Haye, montre aujourd'hui toute la laideur du mensonge du pouvoir, qui veut à tout prix et par tous les moyens ignobles de corruption, démontrer un certain plan commun élaboré par le Président Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé en ‘’vue d’exterminer les musulmans et les ressortissants du Nord’’. Chers parents, ce grotesque mensonge qui pue de la manipulation, ne nous honore point. Cessez d’en être des complices par votre silence pouvant s’interpréter comme une approbation et un soutien.

Chers frères chères sœurs du Nord, ouvrons les yeux, démarquons-nous de cette manipulation qui nous avilit et qui a assez duré. Lisons entre les lignes et décryptons les signes. Car, ‘’demain est un autre jour’’.

Ceux pour lesquels ce pouvoir  a utilisé notre communauté pour arriver à ses fins, ont compris et ne veulent plus être complices des tragédies qui ont occasionné tant de morts en Côte d'Ivoire. Telles doivent se comprendre les révélations faites aujourd'hui par ces commanditaires d'antan sur la disparition de Guy André Kieffer, les assassinats de Camara dit H, du colonel Dosso et bien d'autres victimes anonymes. C’est le sens des révélations sur la réalité du bombardement du camp militaire français de Bouaké et autant de crimes odieux commis dans le seul but d'accabler Laurent Gbagbo. C’est ainsi qu’il faut décrypter la dénonciation de l’implication de Guillaume Soro dans le putsch du Burkina Faso. 

Le procès en cours en ce moment à la Haye révèle toute la vérité au monde entier. Difficile, difficile de faire porter au Président Laurent Gbagbo les crimes dont les seuls coupables et responsables sont désormais dévoilés au grand jour. Le Nord, notre région a servi hier de zone de non droit à la rébellion, aujourd’hui, elle sert de ‘’goulag’’ au régime en y enfermant ses opposants. Le président Laurent Gbagbo, son épouse Simone et beaucoup de ses proches dont Sangaré Abou Drahamane y ont été ‘’embastillés’’ des mois durant. Cela n’est pas acceptable, car notre région ne doit pas être présentée comme le symbole de l’injustice, de l’intolérance et de la punition infligées aux ivoiriens qui n’en sont pas originaires. 

Par ailleurs, chers parents, de faramineuses promesses  vous ont été faites pendant la campagne présidentielle de 2010. Avez-vous perçu ces milliards? Face à la cherté de la vie, avez-vous un marché "Dioula bougou" propre à vous, où les prix sont différents de ceux des " Boussoumany"? Les quartiers détruits par-ci par-là de façon inhumaine et sans dédommagement aucun, la démolition des petits étalages qui vous servent de commerce vous épargnent t-ils ? Voyez-vous, les autres communautés ivoiriennes s'attendaient dans tous les cas à ce traitement pénible, donc ils le vivent avec endurance et espoir, le temps d'un changement irréversible et inexorable de pouvoir. 


Pourtant,  vous, mes parents, je vous vois. Je vous entends soupirer dans le silence de vos peines comme si vous étiez obligés de souffrir, de porter la douleur étouffée qu'on vous impose tout simplement parce que vous voulez ménager un " frère", même dans le faux et dans le mal.  Chers parents, chers chefs coutumiers et traditionnels du Nord, chefs religieux musulmans qui ne sont pas du Nord,  j'en appelle à votre rôle, à votre sagesse, à votre conscience, à votre position de leaders dans la société : donnez de la voix pour dénoncer cette exclusion insensée afin que nous puissions vivre demain en parfaite harmonie  et sans complexe ni gène avec nos concitoyens. Cela, surtout pour l’avenir de nos enfants. 

La réconciliation a finalement été un vœu pieu. Des personnes se réclamant "houphouëtistes" ont plutôt contribué à dénaturer l'œuvre  de la cohésion sociale, le véritable vivre ensemble, en agrandissant sans scrupule ni gêne la fracture sociale et en décuplant la haine dans les cœurs des ivoiriens. 

Sachez qu'il existe une justice divine tôt ou tard.  Car, ce régime qui règne plutôt qu’il ne gouverne, passera. Mais, nous, communautés et musulmans du Nord, nous ne passons pas, nous sommes de cette Côte d'Ivoire, terre que Dieu a bien voulu que nous ayons en partage avec plusieurs autres communautés, dans une coexistence naguère pacifique et exemplaire. 

Evitons demain la stigmatisation et la discrimination dont les autres communautés sont victimes aujourd’hui. Dénonçons dès à présent vigoureusement et solidairement le martyr des autres communautés nationales. Posons des actions en faveur du rapprochement de tous les ivoiriens, de leur union et de leur solidarité. Vos concitoyens ne sont nullement vos adversaires, encore moins vos ennemis, parce que la Côte d’Ivoire de demain doit être celle de tous ses enfants. Ce défi est encore dans nos capacités. La religion musulmane est par essence vecteur de paix et notre pays a plus que jamais besoin de paix. La partition des ressortissants du Nord est capitale dans ce processus, pour faire tomber les préjugés. Chers parents, « demain n’est jamais loin ; demain juge toujours ».


Fait à Abidjan le 10 mai 2016

BAMBA Massany
Ex-député à l’Assemblée Nationale




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !