Accidents sur les routes, effondrements d’immeubles, etc. Trop de drames sous Dramane Ouattara

L’opinion assiste impuissante, après la crise post-électorale qui à coûté la vie à des milliers d’Ivoiriens, mais surtout la tentative de coup d’Etat de septembre 2002 qui s’est muée en rébellion armée avec son lot de victimes, à d’autres drames. L’effondrement d’un immeuble, hier à Yopougon, en est un. Qui vient rallonger la liste des drames bizarres sous Alassane Ouattara

Jeudi 9 Janvier 2014 - 01:32


Image de l'immeuble effondré à Yopougon (Abidjan) le mardi 7 janvier 2014
Image de l'immeuble effondré à Yopougon (Abidjan) le mardi 7 janvier 2014
Les Ivoiriens ont appris dans l’après-midi d’hier, avec stupéfaction et désolation, la triste nouvelle de l’effondrement d’un immeuble de quatre étages à Yopougon, au quartier Maroc. Quel malheur en ce début d’année ! Ce triste événement vient hélas s’ajouter à la liste non exhaustive des drames spectaculaires qui font florès dans le pays depuis l’avènement d’Alassane Dramane Ouattara aux commandes de la Côte d’Ivoire en avril 2011. Y a-t-il un lien de cause à effet ? Difficile à dire. Mais troublant tout de même. On a encore en mémoire le drame du bus 19 en 2011 qui a jeté l’effroi dans l’opinion, le vendredi 5 aout 2011. Pour la première fois, alors que le pouvoir Ouattara venait de prendre ses quartiers au Palais, un bus a dérapé sur le pont Houphouët-Boigny pour se retrouver dans la lagune. Le jour de l’accident qui a fait une quarantaine de morts (repêchés), Alassane Ouattara, à la tête de certains membres du gouvernement, s’est rendu sur le lieu du drame et avait promis une enquête dont les conclusions n’ont pas jusque-là été rendues publiques. Surviennent d’autres accidents à un rythme effréné et de manière spectaculaire, si bien que le ministre des Transports, Gaoussou Touré, a pu dire «la Côte d’Ivoire a battu tous les records d’accidents». A ce constat macabre, s’ajoute la tragédie du 9 au 15 décembre 2013 au cours de laquelle une série d’accidents effroyables a coûté la vie à plus d’une soixantaine de personnes sur l’autoroute Abidjan-Yamoussoukro. Ces successions d’accidents suivent d’autres parmi lesquels l’on peut noter celui  d’adolescents de la communauté Sant’Egidio à Bongouanou en 2013. Neuf d’entre eux sont décédés le jour même de l’accident et un 10ème a rallongé la liste le jour suivant. D’autres victimes ont connu un coma profond. Les morts de la lumière (début janvier 2012) Autre bizarrerie macabre qu’a connue la Côte d’Ivoire d’Alassane Dramane Ouattara, les morts de la lumière. En fin d’année 2012, les tenants du régime, dans leur volonté de miroiter du virtuel aux Ivoiriens plutôt que de résoudre leurs problèmes existentiels, avaient invité les Ivoiriens à la fête de la lumière. Comme attirés par une énergie destructrice, des Abidjanais se sont rendus par milliers au Plateau pour voir les feux d’artifice. Résultat des courses, une soixantaine de morts, selon les chiffres officiels. C’est le réveillon de la Saint-Sylvestre le plus sanglant de l’histoire de la Côte d’Ivoire. Ce, sous le chef de l’Etat Alassane Ouattara. Doit-on citer la défaite en finale de coupe d’Afrique des nations en 2012 ? Non, mais à cette occasion, le chef de l’Etat a eu le mérite de verser des larmes. Trop de drames et de calamités avec ce régime liberticide.

Par Benjamin Silué

Source: Le Nouveau Courrier N° 969 Du Mercredi 08 Janvier 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !