Abel Naki chez KKB, appelle à l’union de l’opposition ivoirienne contre Ouattara en 2015.

Lundi 26 Janvier 2015 - 07:01


Konan  Kouadio Bertin (KKB) et Abel NAKI (à droite)
Konan Kouadio Bertin (KKB) et Abel NAKI (à droite)
M. Abel NAKI, président-fondateur du CRI-Panafricain a été reçu en audience le vendredi 23 janvier 2015 à Abidjan, par M. Kouadio Konan Bertin dit KKB, député PDCI et candidat à la présidentielle de 2015. La rencontre s’est déroulée à la permanence de campagne du candidat KKB située dans le quartier d’Angré pétro-ivoire. Les deux hommes ont échangé sur la situation sociopolitique du pays, notamment le cas des prisonniers politiques, la crise au FPI et la candidature de l’honorable KKB à l’élection présidentielle à venir. Au cours de cette rencontre, Le Président Abel Naki a en amont informé le député  qu’il est porteur d’un projet qui appelle à l’union de toute l’opposition ivoirienne face à M. Alassane Ouattara pour les échéances électorales d’octobre prochain. Cette union dit-il est la seule alternative pour un changement de régime en 2015. Cet appel que le CRI-Panafricain a confiné dans un document de plus de 20 pages a été entendu par le député de Port-Bouët  qui a exprimé son  soutien au Président Abel Naki et au Cri-Panafricain. Il estime que le temps est venu pour que la jeunesse ivoirienne prenne enfin sa responsabilités et a encouragé le CRI-Panafricain à rencontrer tous les autres candidats déclarés et aussi les autres partis politiques d’opposition pour mettre en place cette union qui pour lui est la seule manière d’aboutir à une vraie réconciliation entre les Ivoiriens. Le Président du CRI-Panafricain a par ailleurs souligné que pour les échéances de 2015, les Ivoiriens ont besoin d’une personnalité qui sera capable de les unir et les réconcilier. Sur ce point, l’honorable KKB a dit être disponible pour participer à une union contre M. Ouattara dont le départ du pouvoir par les urnes en 2015 reste l’objectif principal. Parlant du ministre Charles Blé Goudé, le président Abel Naki a exprimé son admiration pour l’homme de conviction qui n’a jamais renié son engagement auprès du Président GBAGBO LAURENT contrairement à certains qui n’ont pas tardé à renverser leur veste. GBAGBO, dit-il est  essentiel pour  la réconciliation et doit être libéré. Il a dénoncé la justice des vainqueurs ou il n’y a que le camp GBAGBO qui est poursuivi. Pour lui la procédure judicaire devrait s’étendre à tous les protagonistes de la crise ivoirienne.
Quant à l’honorable KKB, il a fustigé le régime Ouattara et a fait part de ses inquiétudes sur les conditions d’organisation de l’élection présidentielle de 2015. Le désarmement des ex-combattants, la recomposition de la Commission électorale, l’actualisation de la liste électorale font parties selon lui, des problèmes à régler avant octobre 2015.
A la fin de leur entretien, une seule chose était à retenir  : « Ouattara est une menace pour la cohésion sociale. Unissons-nous pour le bouter hors du pouvoir par les urnes ». Les deux hommes ont promis se revoir pour la mise en place du projet porté par le Président Abel Naki et le Cri-Panafricain. La rencontre qui a duré environ 1h10mn, s’est achevée dans une ambiance de gaieté. Les deux hommes se sont quittés sur une note de satisfaction mutuelle.

Source: Cri-Panafricain (Congrès pour la renaissance ivoirienne et panafricaine)

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !