A propos d’une ambassade qui n’en fut jamais vraiment une.

Lundi 7 Septembre 2015 - 11:32


Gildas Le Lidec, ex ambassadeur de France en Côte d'Ivoire
Gildas Le Lidec, ex ambassadeur de France en Côte d'Ivoire
Une fois le livre de Gildas Le Lidec refermé, trois questions m’ont poursuivi longtemps :
Qu’est-ce donc qu’un ambassadeur de France en Côte d’Ivoire ?
A quoi sert l’ambassade de France en Côte d’Ivoire ?
Et d’abord, s’agit-il vraiment, et seulement, d’une ambassade ?
Je n’ai certes pas la prétention de connaître toutes les réponses. Qui le pourrait d’ailleurs, lorsqu’il s’agit pour la France d’une chasse aussi bien gardée que la Côte d’Ivoire !
Sur leur site officiel se trouve une rubrique intitulée : « Missions et organisation d'une ambassade ». Cependant, à mon humble avis, qui veut savoir ce qu’est réellement cette ambassade-ci, mieux vaut qu’il interroge son histoire, telle du moins que tout un chacun qui a un certain âge peut la déduire de ses souvenirs. D’après mes propres souvenirs donc, les ambassadeurs de France en Côte d’Ivoire sont de deux sortes : ceux qui peuvent y réussir, et ceux qui n’en seront jamais capables. Les premiers y durent longtemps, parfois plusieurs lustres ; les autres ne font qu’y passer, et certains même n’y ont guère laissé de traces.
Soit dit en passant, leur sort à cet égard rappelle assez celui de nos anciens gouverneurs ou haut-commissaires du temps des « colonies de papa ». Ceux qui savaient se faire aimer des coloniaux – et, par conséquent, du ministre des Colonies devenu sur le tard ministre de la France d’Outre-mer – y duraient toujours et, ainsi, avaient tout le temps d’y faire fortune ; les autres n’y restaient que le temps réglementaire, quand ils n’en étaient pas chassés purement et simplement, parfois à peine débarqués, comme cela arriva au moins une fois au lendemain de la deuxième guerre mondiale, pendant cette période cruciale où le destin de notre patrie s’est noué de la manière tragique que nous savons. Les coloniaux et leurs amis politiques à Paris ne voulaient chez nous comme gouverneurs que des hommes totalement dévoués à leurs intérêts, et ils finissaient toujours par obtenir ce qu’ils voulaient. Il y eut aussi bien sûr des exceptions, comme pour confirmer cette règle…

Le premier représentant de la France à porter le titre d’ambassadeur s’appelait Léon BRASSEUR. Vous ne savez pas qui c’est ? Normal, il appartient à notre deuxième catégorie : commencée le 17 mai 1961, sa mission s’acheva en janvier 1963…
Janvier 1963 ! Le mois des « faux complots »…
Tiens, tiens, la fin brutale de l’aventure ivoirienne de l’ambassadeur Léon Brasseur aurait-elle eu quelque chose à voir avec cette affaire-là ? Eh bien, je n’en sais fichtre rien mais, sachant quel fut son successeur, je suis fort tenté de répondre que « oui » ! Reste seulement à savoir si c’est lui-même qui, dégoûté par ce qu’il voyait faire, demanda à partir, ou s’il fut poussé dehors par Foccart et ses sbires parce qu’il n’aura pas voulu se déshonorer comme diplomate et comme homme en participant à leurs crimes ou en les regardant faire sans rien dire.
 
Jacques RAPHAËL-LEYGUES – c’est le nom de ce deuxième ambassadeur de France en Côte d’Ivoire – n’était pas à proprement parler un diplomate de carrière comme son prédécesseur, mais un militaire (commissaire de la Marine nationale) et un homme politique (conseiller de l’Union française, maire de Villeneuve-sur-Lot, conseiller général, député du Lot et Garonne), accessoirement aussi un poète et un écrivain distingué par l’Académie française. Au moment de sa nomination, en février 1963, il venait de perdre, de peu, son siège de député lors des législatives de 1962. « Commence alors, lit-on dans une note biographique sur le site de l’Assemblée nationale française, une longue carrière diplomatique qui, fait exceptionnel, le conduit à demeurer en poste à Abidjan pendant seize ans, jusqu’à ce qu’il soit atteint par la limite d’âge en janvier 1979. Il œuvre, avec la pleine confiance du président Félix Houphouët-Boigny (et très probablement celle encore plus pleine de Jacques Foccart. NDLR), au maintien des relations privilégiées entre la France et son ancienne colonie qui devient un des axes majeurs de la nouvelle politique de coopération franco-africaine. »
En fait, plus qu’ambassadeur, Raphaël-Leygues était un vrai gauleiter comme ceux qu’Hitler envoyait dans les pays conquis pour les administrer en lieu et place de leur gouvernement légitime. Aussi se mêlait-il de tout, jusqu’à vouloir décider, par exemple, de qui pouvait être ou non assistant à la toute nouvelle université d’Abidjan. C’est ainsi que, d’après une source digne de foi, il se serait opposé longtemps à l’intégration de Harris Mémel-Fotê dans le corps enseignant de cette université.
S’il n’arriva à Abidjan qu’un mois après le commencement du premier épisode de l’affaire des « faux complots », J. Raphaël-Leygues fut un témoin privilégié et peut-être même un protagoniste zélé des suivants. Ainsi, le 13 avril 1964, il siégeait à la place d’honneur, si je puis dire, lors de la conférence publique à grand spectacle au cours de laquelle Houphouët se répandit en propos mensongers sur le prétendu suicide d’Ernest Boka. Peut-être assista-t-il aussi à la confession publique de quelques « conspirateurs repentants » qui eut lieu le 11 janvier 1965 au Boxing Club d’Abidjan. Tous événements qui, d’après certains propos d’Houphouët lui-même que Samba Diarra a rapportés dans son livre[[1]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx , découlaient de la fameuse « politique africaine de la France », dont l’invention date justement de cette époque-là.
Le tunnel entre la résidence d’Houphouët et celle de l’ambassadeur de France, que Laurent Gbagbo fit obstruer au grand dam de Dominique de Villepin, date probablement de l’époque de Raphaël-Leygues ; comme l’installation, à la demande expresse d’Houphouët aux dires de Pierre Messmer, d’une unité de parachutistes dans le parc de la résidence de France, pour compléter ce dispositif[[2]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx .
Durant cette même période encore, où, en liaison et en parfait accord avec sa tutelle élyséenne – au demeurant fort bien représentée à Abidjan par le très entreprenant Jean Mauricheau-Beaupré[[3]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx –, l’« ambassadeur » Raphaël-Leygues régnait en maître sur nos affaires intérieures, le nom de la Côte d’Ivoire fut mêlé à plusieurs événements internationaux, tantôt de façon directe, tantôt indirectement. En fait, beaucoup de choses étaient mises au compte du chef de l’Etat ivoirien quand on voulait cacher que c’était la France qui agissait directement. Ainsi, durant cette époque, Houphouët sera le masque favori de la France gaullo-foccartienne, successivement, dans sa guerre non déclarée contre la Fédération du Nigeria sous prétexte d’« aide humanitaire » aux sécessionnistes du Biafra ; dans sa collusion avec les régimes racistes d’Afrique australe, qui se prolongera, après l’indépendance de l’Angola, par le soutien de Jonas Savimbi contre le gouvernement légitime de son pays ; dans les menées sournoises contre la Guinée de Sékou Touré, le Mali de Modibo Kéita ou le Ghana de Kwame Nkrumah, qui échoueront dans le premier cas, mais réussiront dans les deux autres. En réalité, le vrai responsable de toutes ces actions était Mauricheau-Beaupré, que Foccart avait prépositionné auprès d’Houphouët cette même année 1963 où il nommait Raphaël-Leygues ambassadeur à Abidjan. Mauricheau-Beaupré, alias « Monsieur Jean », qui se trouvait « par pur hasard » à Accra le jour où Kwame Nkrumah fut renversé, et qui, on le verra, dura encore plus longtemps dans cette place que cet « ambassadeur »-là, puisque nous le retrouverons, sous le suivant, toujours aussi barbouzement hyperactif, et toujours aussi à son aise dans les coulisses du palais présidentiel comme dans celles de l’ambassade de France…[[4]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx
 
Michel DUPUCH, le successeur immédiat de Raphaël-Leygues, dura presqu’autant que lui (13 ans), et il eut la même manie de s’ingérer dans les moindres affaires intérieures ivoiriennes. Un de mes anciens condisciples, qui était député, eut un jour la surprise, vers 1980, d’être convoqué par cet ambassadeur, qui d’emblée lui reprocha certains propos qu’il avait tenus devant ses mandants. Mon camarade ne se démonta pas. Il répondit à son excellence que, comme citoyen ivoirien et comme élu de la nation, il ne croyait pas qu’il eût des comptes à lui rendre. Il paraît que l’entrevue s’acheva sur cette réplique… Je ne dirai pas qu’après cela Dupuch ne continua pas à convoquer hauts fonctionnaires, élus ou ministres pour les enguirlander tout à son aise. Mais l’anecdote prouve que cet ambassadeur au moins était parfaitement conscient que ses ingérences relevaient plus de la piraterie que de la saine diplomatie, et qu’il savait jusqu’où il pouvait aller trop loin.
Vers la fin de son ambassade, Michel Dupuch soutenait ouvertement la rébellion de Charles Taylor et n’hésitait pas à se rendre en personne dans les territoires contrôlés par son protégé. « L’une des principales relations de Taylor à Abidjan, écrit Stephen Ellis, était un homme d’affaires français, Robert de Saint-Pai, qui avait vécu à Monrovia avant la guerre (civile) et qui était lié d’amitié avec des hommes d’affaires et des politiciens ivoiriens du premier plan. Saint-Pai avait aussi ses entrées auprès de l’ambassadeur de France à Abidjan, Michel Dupuch, lequel visita Gbarnga et Buchanan, et développa des liens très étroits avec Taylor. »[[5]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx
On a raconté et on continue de raconter toutes sortes de faussetés à propos de cette affaire libérienne. Tantôt, ce sont les prétentions hégémoniques de Mouammar Kadhafi qui expliqueraient le soulèvement de Taylor. Tantôt, c’est le désir d’Houphouët de venger une de ses filleules, dont le mari avait été assassiné par le sergent putschiste Samuel Doe, qui serait à l’origine de cette guerre civile ; mais, on ne sait pourquoi, Houphouët aurait en quelque sorte délégué son rôle de justicier à l’époux d’une autre de ses filleules, Blaise Compaoré, devenu le président du Burkina Faso trois ans plus tôt après l’assassinat de Thomas Sankara, qu’il aurait planifié et réalisé avec la bénédiction d’Houphouët et de Kadhafi, et l’assistance technique de rebelles libériens qui se trouvaient par hasard à Ouagadougou ce jour-là. Le but de tous ces racontars, c’est évidemment de dissimuler le rôle éminent – et, d’ailleurs, notoire – que l’agent français Mauricheau-Beaupré a joué dans la préparation et dans le lancement de cette prétendue rébellion, à partir d’Abidjan où il était officiellement, depuis 1963, l’un des « conseillers » d’Houphouët[[6]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx .
C’est le lieu de rappeler deux ou trois mesures bizarroïdes du « gouvernement ivoirien », prises en prélude ou au tout début de la guerre civile libérienne. L’une des plus inexplicables fut la confiscation des fusils de chasse dans tout le Grand Ouest, qui allait devenir la base arrière des hordes de Taylor. Une autre de ces mesures, tout aussi inexplicable, ce fut le refus d’Houphouët de permettre que les réfugiés libériens fuyant la guerre dans leur pays fussent rassemblés dans des camps par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), comme cela se fait partout ailleurs. La première conséquence de cette attitude fut que Taylor disposera en plein territoire ivoirien d’un vrai petit Liberia-bis, à la fois base logistique et vivier pour y recruter des combattants, tandis que les autochtones ivoiriens, désarmés et exposés à toutes sortes d’avanies, y deviendront les véritables réfugiés ; mais des réfugiés qui ne pourront compter ni sur les subsides ni sur la protection de l’Onu[[7]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx . Encore plus curieux, dès l’automne 1990, plusieurs diplomates libériens en poste à Abidjan sont arrêtés, ainsi que des employés ivoiriens de cette ambassade et, même, un commissaire de police ivoirien accusé de complicité avec ces Libériens[[8]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx .
Voilà pour les faits avérés. Il faut maintenant évoquer certaines rumeurs dont l’éclosion ne peut pas être due qu’au hasard, et qui ne manquent donc pas d’intérêt. La première concerne les circonstances du décès du vieux général Thomas d’Aquin Ouattara, ancien chef d’état-major des forces armées de la Côte d’Ivoire (FANCI). Ce décès serait survenu dans ce même secteur de Danané où Charles Taylor établissait la base arrière de sa rébellion, et il serait lié au fait que le vieux général s’y opposait. La deuxième rumeur n’en est pas vraiment une, stricto sensu, puisqu’elle a pour source le récit d’une personnalité ivoirienne digne de foi, qui assurait la tenir de chefs de la rébellion qui étaient ses amis. Je la nomme rumeur pour la seule raison que l’importante conséquence que j’en ai tirée n’est qu’une hypothèse, quelque plausible qu’elle puisse vous paraître, chers amis lecteurs. Au moment où commence la guerre civile libérienne, fin 1989, Robert Guéi, qui n’était pas encore général ni chef d’état-major, se trouvait à Korhogo comme chef de cette région militaire. Constatant des mouvements suspects entre la frontière du Burkina Faso et celle du libérienne à travers son territoire, il voulut y mettre le holà en procédant à quelques arrestations. Mais il reçut bientôt l’ordre de fermer les yeux[[9]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx  ; ce qu’il dut faire en bon soldat et à la grande satisfaction des intéressés dont apparemment il devint dès lors la coqueluche, et qui le récompensèrent par une promotion extraordinaire dès que l’occasion s’en présenta. Le 16 mai 1990 éclatait la toute première mutinerie de l’histoire militaire de la Côte d’Ivoire. Des recrues tout près de la quille et qui désiraient rester dans l’armée, s’étaient répandues dans les rues d’Abidjan, jusqu’à s’emparer de l’aéroport international, afin d’attirer l’attention du chef de l’Etat sur cette revendication. Houphouët les reçut et leur accorda ce qu’ils voulaient. En revanche, il profita de l’occasion pour renouveler de fond en comble l’état-major général des FANCI. C’est ainsi que le colonel Robert Guéi, naguère limogé de son commandement des sapeurs-pompiers militaires pour faute grave, et muté à Korhogo par mesure disciplinaire, parce que son épouse, candidate à une élection, avait utilisé des véhicules de son service pour faire campagne, devint le nouveau chef d’état-major, et remplaça bientôt ses galons de colonel par les deux étoiles de général de brigade[[10]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx . La suite, ce sera la création, avec l’aide du sulfureux général français Jeannou Lacaze, de la fameuse Force d’intervention rapide para-commando (FIRPAC), dont l’efficacité sera testée pour la première fois durant la nuit du 18 au 19 mai 1991, lors d’un assaut purement gratuit mais terriblement brutal contre le campus de Yopougon… pour lequel Houphouët refusa de sanctionner le tout nouveau général Guéi, …pour ne pas « diviser son armée ».
Bref, en considérant l’ensemble des faits avérés de cette époque particulièrement glauque et leurs séquelles, ainsi que les bruits plus ou moins dignes de foi qui les accompagnaient, il est très probable que la rébellion de Charles Taylor, allumée à partir de la Côte d’Ivoire et alimentée en armes par la France, ne fut qu’un contre-feu destiné à prévenir les risques réels de résurgence du mouvement anticolonialiste ivoirien, ce cauchemar du colonat local et de ses suppôts parisiens, qui se précisaient à mesure qu’approchait le moment pour Houphouët de quitter la scène, mort ou vif.
Sinon, comment expliquer que l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire ait pu marquer tant d’intérêt pour la rébellion de Charles Taylor, s’il ne s’était agi que des songes mégalomaniaques de Kadhafi, ou que d’une simple histoire de talion entre Houphouët et Samuel Doe ?
 
(A suivre)
 
Marcel Amondji 
 

NOTES
 
[1] - Les faux complots d’Houphouët-Boigny, Karthala, Paris, 1997.
[[2]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - Voir P. Messmer, Les blancs s’en vont. Récits de décolonisation (Albin Michel, 1998 ; p. 253) : « Les moyens militaires français mis en place à Abidjan, après l'indépendance, à la demande de Félix Houphouët, répondaient aux menaces possibles contre sa personne. Une garnison d'un petit bataillon fut installée à proximité de l'aérodrome de Port-Bouët, à la fois aéroport civil et base de transport aérien militaire. Pour se garantir contre un coup de main qu'il a toujours craint, Félix Houphouët m'avait demandé en 1973, quand j'étais Premier ministre, de lui assurer une protection rapprochée, à son domicile. (…). Il s'était fait construire dans le nouveau quartier résidentiel de Cocody une villa dont le jardin n'était séparé que par une légère clôture de la résidence de notre ambassadeur. J'avais donc fait installer, dans le parc de l'ambassade, un détachement d'une quinzaine de parachutistes, toujours en alerte et devant répondre sans délai à l'appel d'une sonnerie d'alarme comman­dée par Félix Houphouët lui-même. Après mon départ de Matignon, les ambassadeurs ont demandé plusieurs fois à Paris la suppression de ce détachement relevé tous les trois mois, dont la présence permanente les gênait. Jusqu'à sa mort, Félix Houphouët s'y est opposé et a obtenu satisfaction, en intervenant directement auprès des présidents de la République. » (P. Messmer, Les Blancs s'en vont. Récits de décolonisation, Albin Michel, 1998 ; p. 253).
[[3]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - Voici en quels termes la presse évoqua le personnage et sa carrière, fin 1996, à l’occasion de son décès survenu à la suite d’une très courte maladie : « Grand résistant,  ancien membre du BCRA (Services secrets gaullistes pendant la guerre), Jean Mauricheau-Beaupré, alias "Monsieur Jean", qui menait des actions clandestines à Marseille dans les années 40 avec Pierre Lefranc, Alain Griotteray, Jacques Baumel... est décédé la semaine dernière à Abidjan d'une crise aiguë de paludisme. Il a été enterré samedi dernier en France. Cet homme de l'ombre, fanatique du secret, a vécu après la guerre une partie de sa vie auprès du président Houphouët-Boigny, dans les coulisses du Palais. Fils du conservateur du Musée de Versailles, Jean Mauricheau-Beaupré passera d'abord ses années de jeunesse dans les allées du château à jouer au cerceau avec des nounous anglaises. Il deviendra ainsi plus tard un grand spécialiste des pays de l'Afrique anglophone, cherchant sans relâche à y planter le drapeau tricolore. S'il fut le deus ex machina de l'évasion de l'abbé Fulbert Youlou au Congo en 1963, "Monsieur Jean" est par la suite plus connu comme le grand animateur, à partir d'Abidjan et de Libreville, de la rébellion du Nigeria avec les "Corsaires de la République" de Bob Denard pour le Service action "privé". Très proche à cette époque de Jacques Foccart, Jean Mauricheau-Beaupré mènera plus tard ses propres opérations, en particulier, ces dernières années, au Libéria. Il soutiendra activement le francophile Charles Taylor (NPFL). » (La Lettre du Continent 5/12/1996)
[[4]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - « La tactique de Mauricheau est simple : (…), il prône la consolidation des régimes "amis de la France" par la sécurisation physique de leurs représentants. Il recommande également la mise en place d’une diplomatie ivoirienne (et donc implicitement française) fondée sur une analyse pragmatique de la situation continentale. Ainsi décide-t-il d’appuyer beaucoup de ses actions depuis l’Afrique du Sud (tant pour des considérations économiques que stratégiques) dès les années 1960, trouvant sur ce terrain encore l’oreille bienveillante d’Houphouët-Boigny. » (Jean-Pierre Bat et Pascal Geneste, Jean Mauricheau-Beaupré : de Fontaine à Mathurin, jmb au service du Général, Relations internationales 2010/2 (n° 142).
[[5]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - Stephen Ellis, The Mask of Anarchy. The Destruction of Liberia and The Religious Dimensions… (P. 93). Selon une autre source, la France fournissait des armes au NPFL de Charles Taylor via le Burkina Faso, en échange de bois. (Carolina Ortiz Lledo, La Desintegracion de Liberia, Informe del Centro de Investigation para la Paz (CIP), Madrid, 1996).
[[6]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - En 1963, après la chute de Fulbert Youlou, président du Congo (Brazzaville), J. Mauricheau-Beaupré « est aussitôt replié sur Abidjan, véritable centre névralgique du RDA en Afrique, et reprend des fonctions de conseiller technique, détaché auprès du président Houphouët-Boigny, toujours au titre de la Coopération. La Côte d’Ivoire devient peu à peu sa nouvelle patrie : son contrat de coopérant achevé, Houphouët-Boigny le conserve à ses côtés comme conseiller ivoirien jusqu’à sa mort. Bien loin des directives du ministère de la Coopération, Mauricheau commence à élargir les ambitions de la politique africaine qu’il pense servir depuis Abidjan. Le pseudonyme que donne « JMB » à Houphouët-Boigny est hautement révélateur du rang qu’il lui attribue sur le continent africain : le président ivoirien est « Big Brother », le grand frère de tous les chefs d’État francophones. » (Jean-Pierre Bat et Pascal Geneste, opus cité).
[[7]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - A ce propos, voir l’interview de Robert Sonhou, député Pdci de Toulépleu, dans Fraternité Matin du 3 juillet 1996) : « (…) depuis le début de cette guerre du Libéria, l'administration a... dépossédé tous les habitants des villages frontaliers de leurs fusils de chasse de calibre 12. Cela en vue de prévenir un quelconque affrontement ou une éventuelle guérilla qui ne dira certainement pas son nom. Les cadres souhaiteraient simplement que les fusils soient restitues à leurs propriétaires non pas pour aller en guerre contre le Libéria, mais pour accompagner leurs femmes aux champs et donner l'alerte en tirant des coups de feu si d'aventure ils étaient en danger. Cette alerte pourrait permettre aux forces de l'ordre de prendre leurs dispositions en vue de contrer l'ennemi et éviter ainsi d'être prises en défaut comme ce fut le cas le 7 juin dernier. »
[[8]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - « Ce sont au moins 35 ressortissants libériens proches du président défunt Samuel Doe qui ont été "interpellés" à la mi-octobre par des forces de sécurité ivoiriennes à Abidjan. Selon l'Agence France-Presse qui donne l'information, ils ont été conduits dans un camp militaire pour... "interrogatoire". Parmi les personnes "interpellées", figurent le premier et le deuxième secrétaire de l'ambassade du Libéria à Abidjan. (…). Par ailleurs, des réfugiés libériens ont raconté à l'AFP que des membres des forces de sécurité, en uniforme et en civil, avaient procédé à des interpellations dans les quartiers de Yopougon, Cocody, Marcory et Koumassi. Pour sûr, à peu près 90% des personnes interpellées appartiennent à l'ethnie krahn, celle de l'ancien président (sic) Samuel Doe. » (Voix d’Afrique N°14, novembre 1990 ; p. 6)
[[9]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - Ce bruit semble corroboré par l’information suivante : « Début juillet, un convoi d'armes a été intercepté par les autorités ivoiriennes. Une affaire d'autant plus embarrassante que tout le monde sait que ce n'est pas le premier. Finalement, les complices ivoiriens ont été mollement sanctionnés et les armes discrètement remises aux rebelles libériens... "Nous nous opposons à rien pour préserver la paix civile chez nous", a expliqué un proche du président Houphouët-Boigny ». (La Lettre du Continent N° 123, 6 septembre 1990).
 
[[10]]url:file:///F:/pour%20le%20blog/Histoire%20dune%20ambassade%20qui%20nen%20fut%20jamais%20vraiment%20une.docx - Voir J. Gnahet et O. Fofana, « Comment Robert Guéi a été bombardé », Téré N°18 du 5-11 août 1991.
 
Publié par à




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !