A propos d’une ambassade qui n’en fut jamais vraiment une (Troisième partie)

Mardi 26 Janvier 2016 - 11:21


Feu Jacques Foccart, le seul maître de « la politique africaine de la France »
Feu Jacques Foccart, le seul maître de « la politique africaine de la France »
 Avec la fin de la mission de Christian Dutheil de La Rochère, c’était toute une époque de l’histoire de cette ambassade qui s’achevait. Une époque inscrite entre deux tragédies, celle de 1963-1964 et celle qui allait commencer en 1999.
Avec Dutheil de La Rochère lui-même, c’était une espèce de transition qui avait commencé. La France voulait, semble-t-il, banaliser une représentation trop longtemps marquée par la connivence entre Félix Houphouët et Jacques Foccart. Ce qui, soit dit pour mémoire, s’avèrera à la longue beaucoup plus facile à dire qu’à faire… Les ambassadeurs n’étaient plus choisis pour leur absolue compatibilité avec un système qui, du temps où Jacques Foccart était le seul maître de « la politique africaine de la France », s’apparentait plus à une entreprise maffieuse qu’à la diplomatie. Mais, si l’ambassadeur ne devait plus être nécessairement une barbouze, la structure dont il héritait restait imprégnée par le même esprit que du temps de Raphaël-Leygues ou de Dupuch. D’autant plus que, pour ce qui est de ses fins dernières, « la politique africaine de la France » non plus n’avait pas vraiment changé. On imagine le conflit cornélien qui devait agiter l’honnête homme qui se retrouvait brutalement propulsé dans un tel univers ! Ce n’est pas un hasard si, une fois libéré de leur devoir de réserve, trois d’entre eux, sur cinq, tiendront à l’honneur de laisser un témoignage de leur passage sous la forme, qui d’un article, qui d’un livre…
La disparition d’Houphouët eut une autre conséquence importante. Pendant tout son règne « solitaire », qui a réellement commencé en janvier 1963 avec les « faux complots », la vie politique ivoirienne se déroulait sur deux scènes distinctes, parfaitement étanches l’une à l’autre : l’une qu’on pourrait nommer l’« espace proconsulaire », qui englobait « la présidence de la République » et le secrétariat général du gouvernement – c’est-à-dire Houphouët et son proche entourage d’expatriés – ainsi que l’ambassade de France et ses dépendances, et qui était le lieu où, en fait, tout se décidait ; l’autre que l’on peut qualifier d’« espace ludique », parce que c’était là où un certain nombre d’Ivoiriens jouaient à la politique comme les enfants jouent à papa-maman. Cet espace-là englobait l’Assemblée nationale, le Conseil économique et social, les municipalités, le parti unique, la centrale syndicale unique et quelques autres associations plus ou moins tolérées. Cette géographie, qui fut sérieusement chahutée lors de la crise des premières années 1990, s’est néanmoins maintenue telle quelle, grosso modo, jusqu’au dénouement tragique de la crise postélectorale de 2010-2011. L’une des conséquences les plus significatives du coup d’Etat franco-onusien du 11 avril 2011 – significative mais vouée par nature à passer inaperçue du grand public et, apparemment, même des spécialistes les plus capés de l’ivoirologie française –, ce fut en effet la suppression définitive de toute séparation entre « l’espace ludique » et « l’espace proconsulaire », ce dernier ayant fini par perdre tout ce qui faisait sa singularité du temps d’Houphouët, c’est-à-dire la présence d’un chef de l’Etat, fantoche de chez les fantoches certes, mais dont la légende dorée en imposait à presque tout le monde, au-dedans comme au dehors. Depuis lors, toute la scène politique ivoirienne est devenue cet immense terrain de jeu sur lequel s’affrontent le clan de ceux qui « doivent gouverner » et celui de ceux qui « doivent s’opposer » – typologie due au Premier ministre éternel Daniel Kablan Duncan –, tandis que les choses vraiment sérieuses se traitent et se décident ailleurs, comme d’habitude. Un ailleurs qui au demeurant n’est plus nécessairement l’ambassade de France seule, comme c’était le cas au temps où l’ambassadeur de France était, au sens plein de ces mots, un missus dominicus, c’est-à-dire le seul et unique représentant en Côte d’Ivoire de son pays. On sait en effet, notamment depuis le témoignage de Gildas Le Lidec, qu’il peut même être considéré comme une quantité négligeable, au point d’être dépouillé de toutes ses prérogatives au profit des militaires, par exemple[1].
Pour bien comprendre et mesurer l’importance de ce qui a changé avec la disparition d’Houphouët, il est nécessaire de se rappeler quels étaient sa vraie fonction et son vrai rôle dans le dispositif foccartien, tel qu’il existait en Côte d’Ivoire de son temps. Qu’on me permette, à ce propos et encore une fois juste pour mémoire, de rappeler ce que j’écrivais dans mon post du 10 mars 2012[2] : « Avec Ouattara au pouvoir, c’est comme si on avait mélangé Houphouët et Guy Nairay dans la même personne pour l’asseoir dans le fauteuil présidentiel. La Françafrique triomphe et elle n’a même plus besoin de se cacher. Et c’est seulement par jeu qu’elle fait semblant de pousser le pauvre Bédié devant elle. Elle est même si "décomplexée", qu’elle peut présider la Cedeao, qui elle-même n’a jamais été aussi Françafrique-compatible qu’aujourd’hui ». Par là je ne voulais pas dire qu’Houphouët gouvernait et que Ouattara, lui, ne gouverne pas. Pour ce qui est de l’exercice effectif de leurs plantureux pouvoirs constitutionnels, ils sont très exactement logés à la même enseigne. Voici, d’après un témoin digne de foi, ce qu’il en était pour Félix Houphouët : « Le véritable Président de la Côte d’Ivoire, de 1960 jusqu’à la mort d’Houphouët, se nommait Jacques Foccart. Houphouët n’était qu’un vice-président. C’est Foccart qui décidait de tout, en réalité, dans notre pays. Il pouvait dénommer un ministre ou refuser qu’un cadre ivoirien X ou Y soit nommé ministre. C’était lui, le manitou en Côte d’Ivoire. Ses visites étaient régulières à Abidjan et bien souvent Georges Ouégnin (le directeur de protocole sous Houphouët) lui cédait son bureau pour recevoir les personnalités dont il voulait tirer les oreilles »[3]. Foccart n’est plus, mais gageons que ses épigones n’ont rien oublié pour perpétuer cette tradition très française et que, si les guynairays, les alainbelkiris et les antoinecésaréos ne sont plus aussi voyants qu’ils pouvaient se permettre de l’être du temps d’Houphouët, ils n’encombrent pas moins les allées de la présidence ouattarienne.
Cela dit, Houphouët, lui, n’a jamais prétendu gouverner, ni même fait semblant. Dès sa prise de fonction, en mai 1959, il abandonna totalement cette occupation – trop dangereuse à ses yeux – aux agents que Jacques Foccart avait placés tout autour de lui afin de réduire au strict minimum l’influence qu’auraient pu exercer sur lui d’éventuels mouvements d’humeur d’une opinion publique qu’on savait sourdement hostile au projet néocolonialiste hypocritement baptisé « décolonisation ». Mais cela ne veut pas dire qu’Houphouët ne jouait aucun rôle, ou qu’il ne jouait qu’un rôle passif. En fait, depuis son retournement, en 1950, il a toujours joué un rôle très actif dans la promotion du néocolonialisme français. Cela consistait principalement à faire barrage de sa personne à tout ce qui aurait voulu ou qui aurait tendu à s’y opposer. Et c’est ce qu’il fit avec zèle, tant que, abusant cyniquement de leur confiance, il put tromper la vigilance des Ivoiriens. Pour l’essentiel, c’est sur lui seul qu’a reposé la stabilité tant vantée de l’édifice néocolonial français en Afrique, et en Côte d’Ivoire en particulier.
Un tel rôle, Houphouët était le seul politicien ivoirien de sa génération – et on pourrait même dire, de tous les temps, car désormais il est clair qu’il n’y en aura jamais plus un autre comme lui – à pouvoir l’incarner avec cette perfection et cette efficacité. Du point de vue des colonialistes français, s’entend…
Mais pourquoi lui et pas un autre, Auguste Denise ou Jean-Baptiste Mockey par exemple ?  Ce n’était pas, comme le voudraient ses griots, seulement en raison de l’indéniable singularité de son histoire personnelle à l’intérieur de l’histoire générale de la Côte d’Ivoire, mais parce que, après son retournement, en même temps qu’il se lançait dans une activité débridée de propagandiste du néocolonialisme français, il avait obtenu de ses employeurs d’être le seul Ivoirien admis dans leur combine. Pierre Messmer, qui fut le dernier à porter le titre de gouverneur de la Côte d’Ivoire, fut entre 1954 et 1956 un témoin privilégié de la fulgurante ascension d’Houphouët vers l’hégémonie. Grâce à lui on sait comment il s’y est pris pour écarter de sa route tous ses rivaux potentiels : « Parmi les administrateurs en service à mon cabinet, deux au moins – Hepp et Sarkissoff – avaient noué de bonnes relations avec plusieurs Ivoiriens de l’élite intellectuelle, militants du RDA. Ils les recevaient chez eux, sortaient ensemble, etc., parlaient beaucoup de l’avenir. Félix Houphouët en a pris ombrage et me le fait savoir. Il se réjouit que les liens d’amitié entre Blancs et Noirs se multiplient et il donne lui-même l’exemple, mais il se méfie des conciliabules de groupes où ses amis risquent de lui échapper. »[4] Pas vraiment glorieux, le procédé… Mais, qu’importe, du moment que lui seul pouvait permettre d’atteindre le but rêvé ! Le but, c’était d’être, en Côte d’Ivoire, la pièce indispensable de la machine néocoloniale française et, surtout, de le rester le plus longtemps possible… Voilà comment Houphouët devint ce personnage paradoxal du serviteur pour lequel ses propres maîtres feignaient d’avoir la plus grande considération. Il avait beau n’être qu’un fantoche tout à leur main, ils se devaient, néanmoins, de le traiter avec déférence pour ne pas le déprécier aux yeux des Ivoiriens, au risque qu’il ne fût plus capable de les tenir. Aussi, de son temps, les rapports entre l’ambassadeur de France et le chef apparent de l’Etat ivoirien n’auraient jamais pris la forme conflictuelle qu’ils prendront, par exemple, à partir de septembre 2002. Mais, n’anticipons pas…
*
Quand Dutheil de La Rochère quitta la Côte d’Ivoire, on n’en était pas encore là. Par ailleurs, la situation politique en général, et celle du chef de l’Etat en particulier, était grave mais pas désespérée. En tout cas, le successeur d’Houphouët, qui avait été élu deux ans plus tôt pour son propre compte, pouvait encore croire qu’avec l’aide de la France tutélaire, il s’en tirerait sans dommages malgré une opposition interne de plus en plus virulente, et malgré un discrédit extérieur qui s’aggravait sans cesse. Après une réorganisation des forces de sécurité, comme pour s’en faire une armure, Henri Konan Bédié avait commandité un audit des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI), et ce fut pour les Ivoiriens l’occasion de faire la connaissance du général de division Fruchard, un français, évidemment. Bédié avait en effet « demandé au président de la République française – alors Jacques Chirac – de lui envoyer une mission d'audit pour examiner ce qu'il fallait faire pour que les forces armées, la gendarmerie et la police soient le plus adaptées possible à cette nouvelle politique de défense »[5]. Et le général Fruchard, accompagné de six autres officiers français, d’un préfet, français lui aussi, et de l’ambassadeur de France, était venu à Daoukro[6] pour un premier rapport de mission. Ironie de l’histoire, sa venue fut annoncée le 22 décembre 1997, soit exactement deux ans jour pour jour avant le discours que Bédié prononcera devant les députés le 22 décembre 1999, et qui lui vaudra d’être renversé, deux jours plus tard, par une bande de sous-officiers manipulés par des commanditaires tapis dans l’ombre et qui, probablement, n’étaient pas d’irréductibles adversaires de « la politique africaine de la France ».
*
Le 16 décembre 1998, succédant à Christian Dutheil de La Rochère, Francis Lott était devenu le cinquième ambassadeur de France en Côte d’Ivoire. Dans mes souvenirs, le nom de l’ambassadeur Lott n’est associé qu’à un seul événement, c’est le discours que Bédié prononça devant les députés – et le corps diplomatique – ce fameux 22 décembre 1999. A l’issue de la cérémonie, un journaliste demanda au représentant de la France ce qu’il avait pensé des propos du président Bédié : « C’est un très beau discours que j’ai trouvé tout à fait intéressant, et qui a intéressé tous les parlementaires qui étaient présents. L’opinion publique ivoirienne doit, je pense, se retrouver dans ce discours ».[7] La même question avait été posée à deux de ses collègues, l’ambassadeur d’Israël et l’ambassadeur des Pays-Bas. « Nous avons écouté avec beaucoup d'attention le discours du président de la République. II a donné aux Ivoiriens un message d'espoir. Je profite de l'occasion pour souhaiter au peuple de Côte d'Ivoire, une année de millénaire pleine d'espoir, de progrès et de prospérité », déclara le premier. « C'est un discours qui trace de nouvelles idées. Je crois qu'il est trop tôt pour le commenter maintenant. II faut l'étudier totalement », dit le second. A la lumière de ces deux réponses, qui ne sont guère différentes de la sienne ni par leur contenu ni par leur formulation, Francis Lott m’était apparu comme un ambassadeur normal, pour le dire avec un mot à la mode, tout à l’opposé d’un Raphaël-Leygues ou d’un Dupuch qui, s’ils avaient été à sa place ce jour-là, auraient certainement quitté les lieux avec fracas sans attendre la fin des propos sacrilèges de Bédié.
D’après certaines sources, durant les presque deux années qu’il resta encore à ce poste après la chute de Bédié, Francis Lott se serait rendu coupable d’ingérences caractérisées. Par exemple, c’est lui qui aurait persuadé à Robert Guéi de se porter candidat à la présidence de la République, puis de refuser de reconnaître sa défaite face à Laurent Gbagbo. Mais, outre qu’il s’agit de sources en elles-mêmes peu fiables, ce qu’elles imputent à charge à Francis Lott reste dans les limites du rôle normal d’un ambassadeur, dans un pays où les intérêts en tous genres de celui qu’il y représente sont aussi importants que ceux de la France en Côte d’Ivoire.
*
On pourrait presque dire la même chose de Renaud Vignal, l’ambassadeur qui succéda à Francis Lott en 2001. Il s’attirera le même reproche après le 19 septembre 2002, pour avoir adressé par écrit au journaliste Honorat Dé Yédagne, directeur général de Fraternité Matin, ces propos fort peu diplomatiques : « Que vous ayez à Abidjan des "bourreurs de crânes" stupides dans leur nationalisme exacerbé et xénophobes, passe encore... Que vous, vous vous laissiez aller, au nom de je ne sais quelle hystérie nationaliste, à hurler avec les loups les plus imbéciles contre la France, les bras m'en tombent... »[8]. Il faut dire qu’il avait invité le journaliste à dîner et que c’est après ces agapes que ce dernier était allé à la RTI pour, en différé, cracher dans la soupe… On reprocha aussi à Vignal d’avoir fait cette prédiction qui, certes, ressemble un peu beaucoup à un souhait, voire à un programme : « Le chef de l'Etat [Laurent Gbagbo] ne passera pas la Noël au Palais présidentiel »[9]. Mais, considérés en eux-mêmes, quoi de plus banal que de tels propos sous la plume ou dans la bouche d’un ambassadeur de France en Côte d’Ivoire brutalement confronté à une crise politique aux enjeux suprêmement confus et dont, fatalement, la gestion l’intéressait aussi directement que s’il était effectivement le chef de l’Etat ivoirien ? Car, les choses étant ce qu’elles étaient, cela l’intéressait aussi vraiment, et jusqu’à ce point-là !, même si c’était à rebours des Ivoiriens, puisque pour eux la solution de la crise impliquait un relâchement significatif des liens traditionnels entre la France et la Côte d’Ivoire, tandis que du point de de la France, il s’agissait de stopper la tendance de ces liens à se distendre toujours plus depuis la disparition d’Houphouët. Bref, la petite palabre entre Renaud Vignal et Honorat Dé Yédagne, et ses prolongements, comme la philippique un peu grotesque du pourtant ultrafrancophile Urbain Amoa[10], par exemple, ont l’immense intérêt de nous donner à voir concrètement combien cette ambassade est loin d’être une simple ambassade.
*
C’est d’ailleurs dans la période du très bref séjour de l’ambassadeur Renaud Vignal en Côte d’Ivoire que nous trouvons le plus d’indices révélateurs de cette singularité ; et ce sont précisément les événements de septembre 2002 qui en fournissent les meilleures occasions. Ainsi, l’épisode du séjour d’Alassane Ouattara et de son épouse dans la résidence de l’ambassadeur d’Allemagne avant leur transfert au domicile de Dominique Pin, le premier conseiller de l’ambassade de France. Tant que les Ouattara furent chez lui, l’ambassadeur d’Allemagne ne cessa pas d’implorer son ministre de demander à son homologue français de le décharger de ce fardeau. Cet ambassadeur avait apparemment d’excellentes raisons d’agir comme si, en Côte d’Ivoire, et en vertu d’on ne sait quelles nouvelles règles du droit international, seuls les représentants de la France sont habilités à gérer ce genre de situation. Ainsi encore, l’empoignade verbale par médias interposés, entre les services de l’ambassadeur de France et les autorités légitimes du pays hôte, qui n’est possible ni même imaginable dans aucun pays libre, sauf la Côte d’Ivoire.
C’est à dessein que j’écris « services de l’ambassadeur » et non « l’ambassadeur ». Je ne connais de feu Renaud Vignal que ce que chacun peut savoir de lui après avoir lu sa biographie officielle ; mais j’avoue que j’ai peine à croire que l’ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Cot, qui fut, pour des raisons honorables, un ministre de la Coopération aussi éphémère que lui-même aura été ambassadeur en Côte d’Ivoire, est vraiment l’auteur des propos orduriers, suant la haine et le mépris, contenus dans « sa » supposée lettre à Honorat Dé Yédagne. En revanche, je n’aurais point été surpris si cette lettre avait été attribuée au premier conseiller, feu Dominique Pin, dont une tribune parue dans Libération le 5 janvier 2011 a le même ton.
Ce n’est là, il va sans dire, que mon sentiment personnel ; aussi, peut-être faut-il que je m’en explique. Ma première explication, c’est la différence que j’ai cru percevoir entre le regard de l’ambassadeur et celui de son premier conseiller sur le personnel politique du cru, à en juger, par exemple, d’après leur perception d’Alassane et Dominique Ouattara. Voici, d’abord, l’impression de Renaud Vignal telle qu’il l’a consignée dans un rapport officiel à sa hiérarchie après une longue visite à leur domicile parisien, 140, av Victor-Hugo, le 21 novembre 2001 : « Couple nouveau riche, avec tous les signes du snobisme, apparemment heureux de vivre une vie facile entre l'avenue Victor-Hugo et la propriété de Mougins [...]. Comme avec l'ex-président Bédié, le 17 octobre, après son retour au pays le 15 octobre, j'ai eu, avec "ADO", le sentiment d'un "homme du passé". Mais, à la différence de Bédié, d'un dirigeant qui n'a pas encore, depuis un an, eu le courage, personnel et politique, de revenir au pays. Prisonnier qu'il semble être du confort de son "exil doré". Qui m'a, in fine, parlé de son "retour", sans indication de date, surtout pour me demander que la France, s'il revenait, puisse veiller à sa liberté de ressortir du pays, pour animer la société de conseil qu'il dirige à Paris. »[11] Maintenant, voici comment Dominique Pin a vu les mêmes juste l’année d’après, après leur sauvetage de soi-disant « escadrons de la mort » : « Alassane Ouattara restera deux mois et demi chez moi. J’ai alors découvert un homme sage, mesuré, ouvert au dialogue, refusant toujours d’envoyer ses partisans au massacre comme le souhaitait la partie adverse, privilégiant la négociation à l’affrontement, convaincu que c’est seulement par une élection libre, transparente et honnête qu’il pourrait un jour accéder à la présidence de son pays. Bref, tout le contraire de l’image détestable que ses adversaires veulent donner de lui par d’abjectes et coûteuses campagnes de communication ».
Pour bien mesurer la crédibilité d’un tel témoin, il faut confronter sa description sulpicienne d’Alassane Ouattara avec cet autre passage de sa tribune qui ne le situe pas dans la catégorie des hommes sages et mesurés : « Je n'oublierai jamais les charniers de Yopougon, de Monoko-Zohy, les escadrons de la mort, les assassinats du général Guéi, de Rose Guéi, du docteur Dacoury-Tabley, les morts de la mosquée de Daloa, les exécutions dans les quartiers. »[12] Il n’est pas sans intérêt de savoir que cela fut écrit en pleine crise postélectorale, quand la France de Nicolas Sarkozy préparait le renversement de Laurent Gbagbo.
Tel une de ces barbouzes totalement déhontées que Foccart sema à profusion, avec la complicité d’Houphouët, en Côte d’Ivoire et alentour, Dominique Pin ne recule devant aucun mensonge, si grossier soit-il. Ainsi cet amalgame qui lui permet de charger Gbagbo de toute une série de crimes qui n’ont de rapports entre eux que d’être survenus dans le même laps de temps ou dans la même séquence événementielle. A l’époque où ce sycophante écrit, soit près de dix ans après les faits dont il prétend se souvenir, non seulement personne n’est en mesure de dire qui étaient les auteurs de ces crimes, mais tout le monde savait que les cadavres du « charnier de Yopougon », par exemple, provenaient de plusieurs scènes différentes, et que certains étaient de toute évidence des noyés. En outre, tous étaient morts (ou avaient été tués) avant que Gbagbo ne soit officiellement aux commandes. C’était donc, manifestement, une fabrication, une intox, et cet amalgame pourrait bien en indiquer et les auteurs et le but… Mais, là, Dominique Pin avait un alibi solide : lui non plus n’était pas encore en poste à Abidjan quand ce prétendu charnier fut « découvert ». Mais comment ne pas penser à une entreprise de la plus basse espèce quand, même les crimes dont il a pu être un témoin privilégie depuis son observatoire de l’ambassade de France, il ne s’en souvient que si, profitant du rideau de fumée d’une propagande outrageusement favorable aux soi-disant rebelles, il peut en accuser Gbagbo et ses partisans sans craindre d’être démenti ; ou quand il est apparemment incapable de se rappeler que la même nuit où Guéi et sa femme furent tués, le ministre de l’Intérieur Emile Boga Doudou, plusieurs officiers généraux, supérieurs et subalternes, des dizaines de sous-officiers, de simples soldats et de civils loyalistes, furent aussi massacrés à Abidjan, à Bouaké, à Korhogo et dans plusieurs autres villes ; ou encore, quand, comparant sa tribune dans Libération le 5 janvier 2011[13] avec la « Pétition d’un collectif d’africanistes français et étrangers » pleine de contre-vérités parue dans le monde daté du 19 janvier 2011[14], on constate tant de similitudes… que c’est à se demander si Dominique Pin, « qui, dit-on, n'[était] pas un diplomate comme les autres »[15], n’avait pas été spécialement prépositionné à Abidjan, comme qui dirait posté en embuscade, dans le cadre de la préparation de ce qui aurait pu advenir si la résilience des unités loyalistes des FANCI à Abidjan n’avait pas fait échouer la tentative de coup d’Etat de la nuit du 18 au 19 septembre. Et si cette haine féroce qu’il voua à Laurent Gbagbo jusqu’au seuil de la mort n’était pas simplement la réaction de dépit de quelqu’un qui, cette nuit-là, rata un coup tordu qu’il avait cru facile et sans risques.

Marcel Amondji
(A suivre)
Articles précédents :





[1] - Voir : « De Phnom Penh à Abidjan. Fragments de vie d’un diplomate ».
[2] - http://cerclevictorbiakaboda.blogspot.fr/2012/03/pourquoi-houphouet-na-jamais-voulu-de_10.html
[3] - Didier Dépry (d’après la confidence d’un ancien chargé de mission à la présidence), Notre Voie 10 septembre 2011.
[4] - Voir : « Après tant de batailles », Albin Michel, 1992 et « Les Blancs s’en vont. Récits de décolonisation », Albin Michel, 1998.
[5] - Fraternité Matin 22 décembre 1997.
[6] - Cette ville est à Bédié ce que Yamoussoukro était pour Houphouët.
[7] - Le Jour 23 décembre 1999.
[8] - Cité par L'Inter 17 octobre 2002.
[9] - Notre Voie 29 novembre 2002.
[10] - Fraternité Matin 17 octobre 2002.
[11] - Bernard Houdin, « Les Ouattara. Une imposture ivoirienne », Editions du Moment, 2015.
[12] - Libération 05 janvier 2011.
[13] - http://www.liberation.fr/planete/2011/01/05/quand-alassane-ouattara-etait-chez-moi_704863
[14] - http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/18/laurent-gbagbo-chef-ethnocentriste_1467180_3232.html
[15] - Jean-Pierre Béjot, La Dépêche diplomatique 16 août 2011.


Publié par CERCLE VICTOR BIAKA BODA à 1/24/2016 12:14:00 AM




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !