À la découverte de l'initiation au Poro en Côte d'Ivoire

Samedi 17 Septembre 2016 - 22:55


À la découverte de l'initiation au Poro en Côte d'Ivoire

Les Sénoufos sont les occupants du Nord de la Côte d’Ivoire. C’est un peuple à forte croyance animiste. Ils procèdent à plusieurs rituels de consécration et de purification dont le plus important est l’initiation au Poro. C’est un rituel traditionnel dont le but est l’éducation et l’initiation des hommes de l’enfance à l’âge adulte, une sorte de transition introductive dans la vie active. Car, selon les Sénoufo, l’homme naît animal et seule l’initiation au Poro peut l’élever au-dessus de cet état animal. C’est une société secrète dont il est toujours difficile de parler sans être initié. Redécouvrons l’initiation au Poro avec Jumia Travel , acteur du tourisme en Afrique.

Le Poro est le plus long rituel du peuple Sénoufo. Il se déroule en trois étapes de 7 années qui nécessitent énormément de temps, voire toute une vie. L’initiation se fait dans les bois sacrés, à l’extérieur du village. Les jeunes hommes y accèdent à partir de l’âge de 7 ans jusqu’à 28 ans. Et de manière périodique, ils font des retraites d’environ un mois dans les bois sacrés. Le bois sacré est un symbole important dans cette société. À proximité de chaque village en pays Sénoufo, vous trouverez des bois sacrés issus de la forêt primordiale préservée et réservée au Poro. Ils servent aux initiations et aux sacrifices. Quant aux femmes, elles sont initiées à la première étape après laquelle elles doivent obligatoirement se marier et continuer leur initiation après la ménopause. À cette période de leur vie les femmes seront, considérées comme asexuées, par conséquent aptes à continuer leur initiation.

Durant toute la durée du Kouord qui est en fait la période pré-nubile de l’initiation, les jeunes apprennent les symboles du Poro et accomplissent certaines corvées. Ensuite vient la période du Dain, dont le but est de préparer les initiés à la vie en communauté. Pendant cette période, on apprend aux adolescents, le sens du sacrifice personnel, de la participation aux travaux collectifs de la communauté et l’importance de participer aux rituels et fêtes traditionnels.

À partir de la deuxième étape qui est le Tcholo, les initiés commencent à connaître les secrets de la vie auxquels ils n’avaient pas droit ou qu’ils ne pouvaient pas comprendre avant l’initiation. Ce qui les incite à la réflexion sur le sens de l’existence.

Le Kaffono est la dernière étape de l’initiation. Elle permet aux adolescents d’être intronisés pour de bon parmi les initiés masqués du Poro. Ils accèdent alors aux connaissances de haut niveau qui les rendent définitivement aptes, méritant ainsi la protection de ceux appelés « grands maîtres », détenteurs de grandes connaissances philosophico-religieuses dans la société secrète du Poro.

Après toutes ces étapes, l’initié masqué du Poro devient un être important dont la mort fait même l’objet de funérailles grandioses assurées par les membres du Poro.

Le Poro est une société hiérarchisée en classes d’âge, en charge de la gestion des connaissances traditionnelles. Au-delà de son aspect mystique, l’initiation au Poro est surtout caractérisée par des enseignements qui aident les initiés à vivre dans la société dont ils ont en charge le développement.

 

Dominique Yao





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !