2+1Grande marche:La résistance patriotique ivoirienne et panafricaine au siège du parti socialiste français à Paris ce samedi 20 septembre 2014.

Vendredi 19 Septembre 2014 - 13:06


Image d'archives: Une marche de la résistance patriotique ivoirienne et panafricaine à Paris
Image d'archives: Une marche de la résistance patriotique ivoirienne et panafricaine à Paris
Plus la lutte est longue, plus la détermination des résistants se doit d'être à sa hauteur. Pareille détermination ne leur a jamais fait défaut depuis le 19 septembre 2002, date de la rébellion armée ayant défiguré la Côte d'Ivoire. Ils en donneront encore la preuve ce week-end du 20 septembre 2014. La résistance ivoirienne et panafricaine sera une fois de plus dans les rues parisiennes. Des invalides à Solferino, ils marcheront pour dire non à la justice impérialiste et sélective de la Cour Pénale Internationale. Une Justice nominale qui peine à occulter sont essentielle injustice. Injustice marquée par un acharnement sur des politiques africains non nourris aux mamelles de la collaboration avec  l'impérialisme occidental. Les incarcérations du Président Gbagbo et de Charles Blé Goudé dans la prison de la CPI à Schevenigen, en constituent les preuves de ces derniers temps.
A Solférino, les résistants seront devant le siège du parti socialiste, de  François Hollande. Ils y seront  pour crier leur indignation et dénoncer une fois de plus l'injustice que continue de soutenir les socialistes de façon plus ou moins active  en Côte d'Ivoire et à la Cour Pénale internationale. Un soutien pouvant paraître paradoxal au regard de l'idéologie socialiste qu'ils partagent  avec le Front populaire ivoirien, parti du président Laurent Gbagbo, que la France sarkozienne a contribué à renverser le 11 avril 2011 par l'action militaire de son armée. Or dans les faits, un État n'a pas d'ami mais des intérêts. Et ce qui est valable pour l’État l'est également pour tout parti politique capable de sacrifier la solidarité et les intérêts idéologiques sur l'autel de la Raison d'Etat, des intérêts nationalistes et impérialistes.
Toutefois le temps semble avoir fait son effet au sein du parti socialiste. Des voix discordantes se font désormais entendre pour critiquer le soutien accordé au régime d'Abidjan par le  gouvernement socialiste , à travers le maintien en Côte d'Ivoire de la Force militaire Licorne. Un maintien jugé problématique alors que des crimes gaves ont été commis par le camps Ouattara et  que le processus de réconciliation stagne.  C'est au lendemain de sa débâcle du gouvernement, suite à sa participation à la fronde contre le premier Ministre Manuel Valls, que Bénoît Hamon, porte -parole du parti socialiste,  a exprimé cette remise en question.
La manifestation de la résistance patriotique ivoirienne et panafricaine de ce week-end s’inscrit aussi dans la dénonciation de ce soutien indigne accordé à un régime piétinant la démocratie, les droits de l'homme en général et des prisonniers politiques en particulier.
Tous sont donc appelés par les partis politiques,  les Associations et les Mouvements de la résistance  à la grande mobilisation de ce week-end,  de 14h00 à 21h00. Pour dénoncer le soutien des socialistes au régime d'Alassane Outtara, pour dénoncer en outre  toutes les graves violations des droits de l'homme en Côte d'Ivoire, et exiger la libération du Président Gbagbo, de Simone Gbagbo, de Charles Blé Goudé et de tous les prisonniers politiques ivoiriens.
"On ira jusqu'au bout", loin d'être un vain slogan de circonstance, devra être traduit dans l'effectivité d'une résistance en mouvement, courageuse et déterminée à marcher vers ses objectis.

Zéka Togui.





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !